Culture

Musiques sacrées : L’Inde s’invite à Fès

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La 22e édition du festival qui se tient jusqu’au 14 mai, rend hommage aux femmes. L’Inde pays à l’honneur pour cette édition.


La 22e édition du Festival des musques sacrées de Fès rendra hommage aux «Femmes fondatrices». C’est le thème de la 22e édition du Festival des musique sacrées de Fès qui se tient jusqu’au 14 mai. Cet hommage se fait à travers des artistes venus de plusieurs pays, notamment les Marocaines Samira Saïd et Hindi Zahra, l’Iranienne Sahar Mohammadi, l’Irakienne Farida Muhammad Ali, la Malienne Oumou Sangaré ou encore la Réunionnaise Christine Salem et la Brésilienne Virginia. Cette année les organisateurs ont introduit un nouveau concept, qui consiste à dédier chaque édition à un pays ami. Cette année, le choix a été porté sur l’Inde pour son histoire millénaire et la foisonnante diversité de ses cultures.

Pour Abderrafih Zouitene, président de la Fondation esprit de Fès et du Festival des musiques sacrées du monde, «c’est grâce aux efforts déployés par les différentes parties, autorités locales, élus, ministères, sponsors et société civile…que le Festival de Fès des musiques sacrées a réussi à occuper une place dominante à l’échelon international». Le débat autour de la femme a interpelé le rôle de cette dernière dans l’histoire du Maroc et dans le monde.

À ce sujet, il faut citer le rôle symbolique de Kenza El Awrabiya, l’épouse de Moulay Idriss à l’origine d’une unification et d’une fusion entre la base amazighe et arabo-musulmane, qui a constitué le socle de l’identité marocaine. En outre, la première université marocaine a été l’œuvre d’une femme, Fatima Al Fihriya, qui a fondé l’Université Al Quaraouiyine, haut lieu du savoir et de l’enseignement islamique, qui illumine depuis le Moyen Âge, la capitale spirituelle du Maroc, Fès. D’ailleurs, ceux qui veulent visiter la bibliothèque millénaire de la Quaraouiyine, fraîchement restaurée (www.leseco.ma), seront accueillis par la chevronnée architecte, Aziza Chefchaouni, qui leur proposerait un voyage dans l’histoire durant le Festival des musiques sacrées.

Du sport aussi
Sur une distance de 6,6 km de l’ancienne médina de Fès, quelque 4.000 participants marocains et étrangers ont pris part à la 4e course sur route «aux rythmes du Festival de Fès des musiques sacrées du monde», organisée samedi dernier par l’Association Fès-Saîss pour le développement culturel, social et économique. Initiée en marge de la 22e édition du Festival de Fès des musiques sacrées du monde, cette manifestation sportive vise en premier lieu à offrir aux athlètes professionnels et amateurs l’occasion de découvrir les espaces mythiques de la capitale spirituelle du royaume, dont le célèbre parc historique «Jnane Sbil», la place Boujloud et Bab El Makina, Bab Meknès, Bab Marrakech et Bab Semmarine, indiquent les organisateurs.  


 

Un forum pour les femmes fondatrices
L’animation du festival a également été assurée par le «Forum de Fès : Une âme pour la mondialisation». Ce forum, qui été organisé en partenariat avec des médias connus comme le groupe «l’Obs» ou encore «Le Monde», a vu la participation de plusieurs supports médiatiques venus d’Espagne, d’Angleterre, de France, de Pologne, des États-Unis…Les débats de cette rencontre portent entre autre sur la thématique principale «Femmes fondatrices». À ce sujet, il faut noter que l’hôtel Jnane Palace, fermé depuis plus de trois ans pour restauration a ouvert spécialement ses portes pour accueillir ce forum. Durant l’ouverture de ce dernier, les participants ont abordé le thème : «Les femmes et le journalisme», mettant le point sur les différents obstacles rencontrés par la femme journaliste au sein de la société ainsi qu’en matière de promotion. Cette première conférence a connu la participation d’Ariane Chemin, écrivaine française et journaliste «Le Monde» et Valérie Lecasble, auteure et ancienne journaliste de presse écrite, de radio et de télévision. D’autres rencontres ont eu lieu les 8 et 9 mai, dont les thèmes étaient «Le regard des femmes», «Les femmes de légende dans l’histoire», «Femmes et éducation», «Les féminismes», «Fertilité, famille, liberté» et «Imaginaire féminin».

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page