Culture

Moga Festival : « Record d’affluence » pour son retour à Essaouira

Le Moga festival, organisé du 28 septembre au 2 octobre à Essaouira, a enregistré un « record d’affluence » et un « succès populaire » pour son retour de nouveau dans la cité des Alizés.

« Nous sommes heureux du succès sans précédent du festival avec non seulement un record d’affluence avec plus de 12.000 festivaliers sur les 5 jours, mais également un public varié venu de différents horizons et des quatre coins du monde », lit-on dans un communiqué des organisateurs.

« MOGA a réussi son grand retour sur ses terres natales avec des feedbacks des plus positifs de la part des festivaliers qui saluent l’ambiance, la programmation, l’organisation et la sécurité grâce au soutien des autorités locales », soulignent-ils.

« Nous sommes très heureux d’avoir été à la hauteur des attentes des Marocains après ces 2 ans d’absence. Nous pouvions sentir leur énergie et leurs ondes positives. Tous les DJs ont adoré jouer devant ce public. Tout le monde a vécu un moment spécial qui marquera à jamais l’histoire du festival », s’est réjoui, My Abdeslam Alaoui, cofondateur et programmateur, cité dans le communiqué.

« Je tenais à vous féliciter pour la réussite de cette édition. Tout le monde était content. Commerçants locaux, touristes, festivaliers et mouettes tiraient leurs plus beaux sourires ces derniers jours, et je ne peux que me réjouir d’avoir participé à un projet ayant fait vibrer une ville entière ! », s’est félicité, de son côté, Moon.Wav, artiste au programme 2022.

« La mise en avant du Maroc et de la ville d’Essaouira, classée sur la liste du Patrimoine mondial de l’UNESCO, auprès d’un public de plus en plus international, en collaboration avec l’Office National Marocain du Tourisme (ONMT), était au cœur de cette édition », indique le communiqué.

« C’est un projet qui nous tient à cœur depuis la création de MOGA en 2016. Nous avions toujours collaboré avec les acteurs locaux pour faire vivre toute la ville au rythme de MOGA mais cette année, nous avons pris un tournant avec la mise en place d’un vrai programme OFF. Une trentaine d’activités gratuites ou payantes étaient proposées dans différents lieux et établissements: mise à disposition de planches de surf par les surf school d’Essaouira, workshops, exposition photo par des artistes locaux, soirées dans les lieux branchés de la ville, cours de cuisines… mais aussi pour la première fois un concert à la Sqala dans les décors de Games of Thrones », a tenu à rappeler Matthieu Corosine, co-fondateur de MOGA.

« La culture marocaine est également mise en exergue au travers de la création originale MOGA qui chaque année combine un artiste international et un artiste marocain, qui se retrouvent en studio quelques jours avant le festival pour créer une production originale qui sera ensuite jouée live », note le communiqué, ajoutant que cette année le pont s’est naturellement fait entre le Portugal et le Maroc, les deux pays d’adoption de MOGA.

A Caparica pour l’édition portugaise, début juin, c’est DAOX dj/producteur marocain et co-fondateur de MOGA qui s’était associé à l’artiste portugais Hugo Osg, rappelle la même source, relevant qu’à Essaouira ce sont le DJ/producteur portugais Moullinex, Maalem Khalid Sansi, artiste gnaoui de Casablanca et Lala Tamar vocaliste israélo-marocaine, qui ont intégré les studios.

Et d’ajouter que leur performance live samedi (1er octobre) a été l’un des temps forts du festival.

« La mixité musicale a été saluée par le public avec pour le programme IN scènes aux couleurs musicales variées: des vinyles de funk arabes de Habibi Funk aux beats analogiques de Soichi Terada, aux compositions électroniques minimalistes de Jan Blomqvist ou encore aux productions d’inspirations africaines, arabes, gnaouies ou encore amazighes de Mr ID », conclut le communiqué.

Lions de l’Atlas : Comment Walid Regragui a métamorphosé l’équipe ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page