Culture

Les femmes à l’honneur

Le programme proposé pour la 22e édition se veut le reflet des différentes facettes du monde féminin au cœur de la musique et des arts.


La thématique ainsi que le programme du Festival de Fès des musiques sacrées du monde ont été dévoilés. Ce dernier consacre sa vingt-deuxième édition aux «Femmes fondatrices» ; thématique inspirée de la vie et de l’œuvre de celles, qui a l’instar de Fatima El Fehria, à qui nous devons la mosquée Karaouiyine et son université, et à ses émules de par le monde, ont marqué de leur empreinte l’histoire. L’annonce a été faite lundi à Casablanca par Abderrafie Zouitene, président de la Fondation Esprit de Fès ainsi que du festival en question. De son côté, «Le Forum de Fès : une âme pour la mondialisation» aura durant cette édition pour cadre le mythique jardin J’nane Sbil et sa luxuriante végétation.

La première journée, celle du 7 mai, sera animée par le groupe L’Obs – le Monde, qui associera une pléiade de penseurs et intellectuels, parmi les plus éminents, à un débat sur la femme, la féminité, le féminisme et les combats et enjeux sociaux qui en découlent. Les séances des deux derniers jours du forum seront conduites par Yves Michaux, philosophe et écrivain de grande notoriété et Mohamed Metalsi, le doyen de la Faculté des sciences humaines de l’Université euro-méditerranéenne de Fès. Un hommage y sera notamment rendu à la sociologue Fatima Mernissi, enfant de la ville, éminente militante de l’égalité des sexes, décédée récemment.

Hommage à Kawkab El Sharq
Désormais inscrit dans l’agenda des grandes manifestations artistiques et culturelles internationales, le Festival de Fès des musiques sacrées du monde ouvrira effectivement le vendredi 6 mai dans le majestueux espace de Bab Al Makina qui accueillera «Un ciel plein d’étoiles», foisonnante création, relatant, sur le mode métaphorique, les destinées de femmes légendaires, de leurs rêves et combats. Chants, musiques, danses, rehaussés par la magie du mapping et les rythmes et harmonie d’un grand orchestre, assureront à cette soirée un éclat et une atmosphère particuliers.

Ce même site accueillera le lendemain une seconde création, en guise de prélude à l’accueil que réserve le Festival à l’Inde, pays ami, invité de cette édition. Le public y est convié à un flamboyant Dubar, à une nuit d’ensorcelante virtuosité. Bab Al Makina offrira également sa scène, le jeudi 12 mai, à une envoûtante prestation de l’ensemble de musique andalouse, du grand maître Mohamed Briouel et des derviches tourneurs d’Istambul, ce même espace s’offrira le lendemain à l’orchestre Kawkab El Sharq du Caire pour un hommage à la grande diva que fût Oum Kalthoum ; et le samedi, à la prodigieuse Samira Said. Outre que la ville de Fès, toute entière, se prêtera, à l’image de l’hospitalité de ses habitants, comme scène de son festival, J’nane Sbil, la salle de la préfecture, le complexe culturel Sidi Mohamed Ben Youssef, Dar Adyel, Dar Bensouda et d’autres sites accueilleront les nombreux ensembles et artistes qui nous viennent des différentes régions et cultures du monde, tout en réservant les espaces qu’ils méritent aux jeunes et prometteurs talents nationaux.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page