Culture

FLAM : Marrakech marque un tournant pour la littérature africaine

«Merci à la culture, merci au FLAM et à ses organisateurs», s’exclament, à l’unisson, les participants de la première édition du Festival du livre de Marrakech. «Un immense succès», souligne Younes Ajarrai, directeur du FLAM.

Organisé par l’association We Art Africa//NS, cet événement est, rappelons-le, une initiative conjointe de l’écrivain et plasticien marocain Mahi Binebine, de la journaliste franco-sénégalaise Fatimata Wagne Sagne, de l’enseignante chercheuse Hanane Essaydi et de l’activiste culturel Younès Ajarraï. «L’objectif visé par ces rencontres était de permettre aux Africains de se retrouver en terre africaine pour parler d’Afrique et parler du monde ».

Quant au succès rencontré par le FLAM, on peut facilement le mesurer à la qualité de ses intervenants, mais aussi à l’enthousiasme de son public. Un public qui a eu l’opportunité de découvrir les œuvres et les perspectives des auteurs présents. Un public qui a eu la chance d’explorer l’Afrique à travers la voix de ses grands hommes. Un public ravi par la richesse des connaissances partagées tout au long de ces quatre jours dédiés à la culture africaine. Parmi les moments forts du FLAM, on se souviendra de la leçon inaugurale de JMG Le Clézio ainsi que de son exceptionnel hommage rendu à l’Afrique et aux cultures du continent.

On retiendra le débat sur la mémoire vivante de l’esclavage, et comment cette mémoire continue à façonner, aujourd’hui encore, les imaginaires racistes. Par ailleurs, l’étonnante prise de parole du romancier soudanais Abdelaziz Baraka Saki, dont les romans sont traduits dans une dizaine de langues, nous a rappelé que la notion de liberté inconditionnelle ne saurait exister dès lors que nous avons des croyances. D’un autre côté, les théories post-coloniales, décoloniales et la question de la migration ont brillamment été décortiquées par Achille Mbembe, Yasmine Chami, Ali Benmakhlouf, Pascal Blanchard, Jennifer Richard et Mehdi Alioua.

En effet, du combat pour la liberté à la question des États-Unis d’Afrique, de la mondialisation de la littérature aux liens entre l’Afrique du Nord et l’Afrique subsaharienne, des figures féminines aux nouvelles voix et nouvelles plumes, le FLAM a abordé tellement de sujets qu’il nous serait difficile de tout évoquer.En outre, entre les foules qui se sont empressées pour assister aux tables rondes, les files d’attente devant les auteurs pour obtenir les dédicaces de leurs ouvrages, et les animations qui ont fait le bonheur des petits et grands, le FLAM peut d’ores et déjà se targuer d’avoir fait battre, à Marrakech, le cœur de l’Afrique littéraire.

Khadija Dinia / Les Inspirations ÉCO


whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page