Culture

FIFM : “La mère de tous les mensonges” a sa place au firmament

Pour la première fois dans l’histoire du Festival de Marrakech, l’Étoile d’or revient à un film marocain. Il s’agit de «La mère de tous les mensonges» d’Asmae El Moudir. Le prix du jury a été attribué également au film marocain «Les Meutes» de Kamal Lazraq. 

Le rideau est tombé sur la 20e édition du Festival international du film à Marrakech, qui a dévoilé son palmarès. 14 films ont été projetés dans le cadre de la compétition officielle, tout au long de neuf jours de projections et d’échanges. Le jury, présidé par l’actrice américaine Jessica Chastain, a décerné, pour la première fois dans l’histoire du FIFM, l’Etoile d’or à un film marocain.

Il s’agit de «La mère de tous les mensonges», long métrage d’Asmae El Moudir. Ce documentaire saisissant revient sur «les émeutes du pain» en 1981, et suit le parcours d’une jeune femme en quête de vérité.

Quant au prix du jury, il a été attribué à deux films : «Les Meutes», du réalisateur marocain Kamal Lazraq, et «Bye-bye Tibériade», de la Palestinienne Lina Soualem.

Carton plein pour les Ateliers de l’Atlas
À noter que ces trois films primés sont issus des «Ateliers de l’Atlas», programme dédié à la promotion du 7e art créé en 2018 par la fondation du Festival. En 2019, Asmae El Moudir a reçu le Prix Atlas au développement (doté de 5.000 euros) puis, en 2021, le prix Atlas à la post-production (20.000 euros). En 2019, Kamal Lazraq avait, quant à lui, gagné le prix Arte Kino doté de 6.000 euros alors que Lina Soualem avait participé à l’édition 2022 des ateliers. À travers ces ateliers, la plateforme accompagne l’émergence d’une nouvelle génération de cinéastes marocains, arabes et africains et son rôle d’incubateur de nouveaux talents du monde arabe et d’Afrique.

Les autres prix décernés
Le jury a également décerné le prix de la mise en scène à Ramata-Toulaye Sy pour son film «Banel & Adama» (Sénégal). Quant au prix d’interprétation féminine, il a été attribué à Asja Zara Lagumdzija pour son rôle dans «Excursion» d’Una Gunjak (Bosnie). Le prix d’interprétation masculine est quant à lui revenu à Doga Karakas pour son rôle dans «Dormitory» de Nehir Tuna (Turquie).

Pour cette 20e édition, le jury a rassemblé, autour de la présidente Jessica Chastain, huit personnalités des cinq continents. Il s’agit de l’actrice franco-iranienne Zar Amir, la comédienne française Camille Cottin, l’acteur et réalisateur australien Joel Edgerton, la réalisatrice britannique Joanna Hogg, la réalisatrice américaine Dee Rees, le réalisateur suédois d’origine égyptienne Tarek Saleh, l’acteur suédois Alexander Skarsgård et l’écrivaine franco-marocaine Leïla Slimani.

Cette édition du FIFM a été centrée, une fois de plus, sur le cinéma comme langage universel pour éveiller les consciences et rapprocher les peuples malgré le contexte actuel. Par ailleurs, le public a participé en grand nombre aux projections ainsi qu’aux différents programmes du festival. En tout, près de 21.000 personnes se sont gratuitement accréditées et ont obtenu leur badge électronique. Comme chaque année, près de 8.000 élèves, enfants et adolescents, de la région ont assisté aux projections «Jeune public». Parmi eux, 750 enfants issus de la région d’Al Haouz.

75 films en provenance de 36 pays
Cette 20e édition du FIFM a rendu de vibrants hommages à deux grandes figures du cinéma mondial et marocain. Il s’agit de l’acteur danois Mads Mikkelsen et du réalisateur marocain Faouzi Bensaïdi. Plusieurs célébrités et professionnels nationaux et internationaux ont également répondu présent à l’appel de Marrakech.

Parmi eux, 10 personnalités ont participé au programme «In conversation with». Des discussions décontractées et intimistes ont ainsi eu lieu avec l’acteur et réalisateur australien Simon Baker, le réalisateur marocain Faouzi Bensaïdi, le réalisateur français Bertrand Bonello, l’acteur américain Willem Dafoe, le cinéaste et producteur indien Anurag Kashyap, la réalisatrice japonaise Naomi Kawase, l’acteur danois Mads Mikkelsen, l’acteur et réalisateur américano-danois Viggo Mortensen, l’actrice écossaise Tilda Swinton, et le réalisateur et scénariste russe Andreï Zvyagintsev.

En tout, le public du festival a pu découvrir 75 films originaires de 36 pays répartis sur plusieurs sections : la Compétition officielle, les Séances de gala, les Séances spéciales, le 11e continent, le Panorama du cinéma marocain, les séances Jeune public, outre les films projetés dans le cadre des hommages. Comme chaque année depuis 2018, les Ateliers de l’Atlas ont réuni plus de 300 professionnels autour de 25 projets de films en développement ou en post-production en provenance de 11 pays.

En six éditions, les Ateliers de l’Atlas ont accompagné 136 projets et films, dont 57 projets et films marocains, et trois des films primés au Festival de Marrakech cette année. Cette 20e édition a connu aussi une participation des professionnels marocains qui étaient plus de 900 à s’être accrédités au festival, et une couverture médiatique très importante avec 163 médias, représentés par 518 journalistes, caméramans, JRI et photographes nationaux et internationaux, venus de tous les continents.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page