Culture

7e art : Mohamed Khouna, une double casquette au service du cinéma marocain

Fondateur et directeur général de Film Event Consulting, l’une des premières sociétés de distribution au Maroc, également à la tête de la Commission d’aide à la numérisation, à la modernisation et à la création des salles de cinéma, Mohamed Khouna revient sur son parcours et ses ambitions pour les salles de cinéma au Maroc, en marge du Festival international du film de Marrakech.

Le parcours de Mohamed Khouna n’est pas uniquement celui d’un entrepreneur de l’évènementiel et de la distribution cinématographique. C’est également celui d’un Marocain résidant à l’étranger qui a symbolisé les réussites de la diaspora du Royaume, notamment en France. Rencontré en marge de la 20e édition du Festival international du film de Marrakech (FIFM), Khouna est le fondateur et directeur général de Film Event Consulting, une des premières sociétés de distribution au Maroc.

Au FIFM, elle a assuré la distribution de trois films, notamment, «Io Capitano» et «Winter break», projetés dans le cadre des soirées de gala de cette 20e édition, ainsi que «Banel et Adama », diffusé et sélectionné parmi les 14 films en lice dans la compétition officielle. «Ces longs métrages ont été sélectionnés par le FIFM, marqué cette année par la participation de films en provenance de 36 nations, ce qui dénote de la notoriété de ce festival et sa synergie», explique Khouna. Originaire de l’Oriental, région reconnue, depuis longtemps, pour l’intensité historique de ses échanges avec l’autre rive de la Méditerranée, l’homme dispose d’une double casquette. Outre sa qualité de directeur général de la société Film Event Consulting, assurant la distribution de Pathé BC Afrique et bien d’autres, il a été désigné, il y a plus de six mois, comme président de la Commission d’aide à la numérisation, à la modernisation et à la création des salles de cinéma (CANMC). Pour rappel, cette dernière a tenu, en septembre dernier, sa première réunion au titre de l’année 2023, au Centre cinématographique marocain (CCM).

«J’ai été sollicité pour assurer cette mission afin d’assurer la réouverture des salles de cinéma au Maroc car le rôle d’un distributeur est aussi d’accompagner les exploitants de salles de cinéma», explique Khouna.

La production marocaine en voie d’émancipation
Aujourd’hui, ce sont 288 salles qui sont fermées au Maroc, d’où l’importance de procéder à leur réouverture en prenant en considération la complexité de ce dossier, notamment la question des héritiers.

«On se doit de ramener du contenu à tous les cinéphiles marocains en fonction de chaque segment. Aujourd’hui, la scène cinématographique nationale connaît un réel dynamisme, puisqu’on redécouvre les salles alors que la production marocaine est en train de s’émanciper», affirme le président de la CANMC.

Grâce à l’action de cette commission, le CCM accorde une aide pour la création et la réhabilitation de salles de cinéma, et ce dans l’attente du tout premier multiplexe que le groupe Pathé est en train de construire au Maroc. À noter que deux films marocains ont été primés dans la section «Un certain regard» du Festival de Cannes. Il s’agit de : «La mère de tous les mensonges» d’Asmae El Moudir (Prix de la mise en scène) qui vient de remporter l’Étoile d’Or du FIFM, et «Les Meutes» de Kamal Lazraq (Prix du Jury). Ces deux longs métrages ayant fait l’objet d’une sélection dans divers autres festivals.

47% des marocains exclus de l’offre cinématographique
«Vu que je travaille sur le Festival de Cannes depuis 23 ans, on peut dire que lea Maroc est représenté. Il faut comprendre que la production d’un film marocain signifie l’exportation de notre culture. Aussi, il y a une réelle évolution de la production nationale qui va au-delà du ciblage du public marocain», souligne Khouna.

Créé en 2019 sous l’impulsion de Facility Event, transporteur officiel du Festival de Cannes, Film Event Consulting a su se positionner sur le marché de la distribution au Maroc puisqu’elle est titulaire de sa propre autorisation de distribution et inscrite au CCM. En tant que président de la Commission d’aide à la numérisation, à la modernisation et à la création des salles de cinéma, Khouna, au même titre que les autres membres de la commission, entend relancer le circuit à travers la numérisation de 150 salles dont 50 à court terme.

Cet appui représente une valeur ajoutée pour la production nationale et sa diffusion en dehors des plateformes existantes avec des tickets dérisoire. Signalons enfin que 47% de la population marocaine est exclue de l’offre cinématographique, celle-ci étant concentrée dans les régions de Casablanca-Settat, Rabat-Salé-Kénitra, Tanger-Tétouan-al Hoceima, Marrakech-Safi et l’Oriental. Les autres régions restent les parents pauvres de cette consommation du produit cinématographique dans les salles obscures.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

whatsapp Recevez les actualités économiques récentes sur votre WhatsApp

FLO Retail & Shoes : ouverture d’une succursale au Morocco Mall



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page