Éco-Business

Ventes automobiles : le marché confirme les signes de reprise

Les ventes du marché automobile reprennent leur trend haussier, et ce, depuis le mois d’août dernier. Les ventes globales de septembre indiquent une hausse de 4,85% comparativement à septembre 2021. Toutefois, le marché n’a pas encore rattrapé son retard par rapport au niveau d’avant-crise.

Le marché automobile continue de reprendre des couleurs. La reprise des ventes se confirme en effet, de mois en mois, après une régression qui a duré plusieurs semaines. Ainsi, selon les chiffres avancés par l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (AIVAM) pour le mois de septembre, les ventes automobiles ont assuré un deuxième mois de hausse. Suite à la hausse de 4,22% enregistrée au mois d’août, le marché assure une deuxième vague de progression le mois dernier. 13.898 véhicules ont donc été écoulés, assurant une progression de 4,85% par rapport au même mois de l’année dernière.

Dans le détail des catégories de véhicules, il est à noter que les immatriculations des voitures particulières (VP) ont atteint 11.928 unités, contre 11.323 unités enregistrées en septembre 2021, ce qui représente une hausse de 5,34%. Pour leur part, les véhicules utilitaires légers (VUL) ont enregistré le même trend haussier avec une croissance de 1,97%, à 1.970 véhicules commercialisés à fin septembre 2022.

Les entreprises en force
Pour analyser cette situation des ventes de voitures au terme du mois écoulé, Cédric Veau, DG de Kia Maroc, assure que «le marché reprend des couleurs essentiellement en raison de la hausse de la demande des sociétés en termes de flotte d’entreprise, cette activité est de plus en plus dynamique». Les entreprises sont sur une tendance haussière d’achat de véhicules pour alimenter leur flotte.

Selon la même source, les entreprises ont été plus actives que les particuliers. Cédric Veau affirme dans cette logique que «la catégorie entreprise est donc très dynamique et elle est en train de compenser le marché des particuliers qui n’est pas au meilleur de sa forme. En effet, l’inflation, qui plombe le pouvoir d’achat des ménages, ne laisse pas de place à l’achat de véhicule». Un autre expert du marché automobile avance, quant à lui, une autre raison liée à cette hausse des ventes observées durant les deux derniers mois. Selon lui, cet état de fait est à lier avec l’attitude des loueurs de voitures qui, eux aussi, achètent de plus en plus de véhicules. Ils renflouent leur parc qui a été lourdement impacté par la crise sanitaire.

Rappelons-le, la plupart d’entre eux ont dû vendre une grande partie de leur flotte pour faire face à leurs problèmes de trésorerie. «Les entreprises de location de voitures ont leur part dans cette hausse des ventes de véhicules neufs. Ayant enregistré une bonne saison estivale, ces derniers reprennent leurs investissements en agrandissant leur flotte en préparation pour la prochaine année».

En tout cas, il est utile de noter que malgré les hausses consécutives des ventes automobiles sur les deux derniers mois, le marché n’arrive toujours pas à absorber les pertes et les retards accumulés durant l’année en cours. Toujours selon les statistiques de l’AIVAM, en cumulant les trois semestres, les ventes affichent toujours une baisse, dans les deux catégories de véhicules particuliers et des véhicules utilitaires légers. La régression persiste et se chiffre à 8,15% en glissement annuel, affichant ainsi un total de 120.905 unités commercialisées.

Dacia en tête du podium
Ceci dit, dans le détail des ventes annuelles, Dacia, leader du marché automobile, reste toujours en tête des ventes des voitures particulières avec 29.435 unités écoulées à fin septembre avec une part de marché (PDM) de 27,33%. Dacia est encore suivie de Renault, qui a vendu 15.698 unités, avec une PDM de 14,57%. Troisième acteur du marché des véhicules particuliers, Hyundai a écoulé 10.697 unités et avec une PDM de 9,93%. A noter aussi dans ce sens, les bonnes performances des marques Kia et Toyota qui ont respectivement assuré des hausses de leur ventes de 23,63% et 29,72%, avec 3.882 et 4.548 voitures vendues depuis le début de cette année. A noter que les marques asiatiques affichent de meilleures performances au vu de la détente du marché asiatique en matière de disponibilité de stocks.

Pour leur part, et selon les opérateurs du marché, les approvisionnements chez les constructeurs européens sont encore difficiles. S’agissant du segment VUL, Renault vient en pole position et a écoulé 3.192 unités, soit une part de marché de 24,2%. La marque DFSK, elle, vient en deuxième position sur ce segment avec des ventes atteignant 1.902 véhicules, ce qui équivaut à une PDM de 14,42% sur le segment. Ford vient en troisième position avec 1.544 unités vendues à date, assurant de son côté 11,7% de PDM.

Sur le segment des véhicules premium, Audi a augmenté ses ventes de 2,41% à 2.938 voitures pour atteindre une PDM de 2,73%. La marque est suivie par BMW qui a vendu un total de 2.119 unités avec une part de marché de 1,97%. Mercedes s’affiche en troisième position avec 1.875 unités vendues et une PDM de 1,74%. Il reste à préciser que la marque Porsche a écoulé 243 unités, en croissance de 8%. Toutefois, les ventes de Jaguar ont chuté de 18,18% à 99 voitures.

En tout cas, selon les pronostics des professionnels du secteur automobile, il ne faudrait pas s’attendre à une amélioration du marché automobile à fin 2022, bien qu’il puisse y avoir des hausses de ventes mensuelles. Le marché ne rattrapera pas les niveaux de 2019. «Le marché automobile devrait rester légèrement positif jusqu’à la fin de l’année, essentiellement grâce à l’activité des entreprises. On devrait ainsi atterrir à la fin de l’année à moins 10%», affirme le DG de Kia.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Baisse des prix du carburant : 1 milliard de DH de perte pour les distributeurs



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page