Éco-Business

Travaux publics : Plus de 2.500 techniciens spécialisés attendus dans deux ans

Huit nouveaux établissements d’une capacité d’accueil de 1.350 places pédagogiques devront former, avant la fin de 2018, plus de 2.500 techniciens dans 4 spécialités recherchées par les chantiers des travaux publics et de la logistique. Un quota de 10% a été réservé aux élèves issus essentiellement du continent.


Former une première génération de techniciens spécialisés dans les métiers des travaux publics à l’horizon 2019 est l’objectif principal de la nouvelle implantation d’un réseau d’établissements constitué de 8 instituts, chargés de délivrer des diplômes dans trois branches du génie civil ainsi que la gestion logistique et le transport. Les nouveaux instituts seront ouverts respectivement à Casablanca, Rabat, Oujda, Fès, Meknès, Agadir, Marrakech et Laâyoune. La capacité d’accueil des nouveaux établissements s’élève à 1.350 places pédagogiques, à hauteur de 150 places pour chaque institut, à l’exception de l’institut spécialisé de Marrakech dont la capacité d’accueil a été doublée pour arriver à 300 places.

La ville ocre devra, en effet, attirer les étudiants des régions de Béni-Mellal-Khénifra qui n’a pas été dotée d’un établissement. Un total de 10% des étudiants au sein des nouveaux établissements seront issus des pays africains. En ce qui concerne les lauréats de l’année universitaire 2015-2016, ils demeurent soumis au même régime d’équivalence des diplômes, qui seront délivrés par les nouveaux établissements à partir de la fin de 2018. Il est à noter que l’institut de Meknès ne sera opérationnel qu’à partir de la prochaine rentrée.

Durant les deux années de formation, les étudiants seront encadrés selon une répartition du volume horaire qui comprend 1.220 heures pour chacune des branches. Le statut des nouveaux établissements leur permet également de tenir des sessions de formation continue «et de participer à la recherche technique et technologique», selon les dispositions des statuts qui sont entrés en vigueur depuis le début du mois d’octobre. Enfin, c’est le département de l’Équipement qui a été désigné comme l’autorité de tutelle en vue de permettre aux nouveaux établissements de rester proches du marché de l’emploi, notamment les postes qui seront disponibles au sein des conseils régionaux.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page