Éco-Business

Transports routiers : l’indice du gasoil au laboratoire

Suite à la décision controversée des transporteurs de revoir leurs tarifs à la hausse, le gouvernement avait promis de rencontrer le patronat. La promesse a été tenue et les professionnels ont proposé à l’Exécutif une série de mesures, en vue d’une refonte du secteur, pour le moins osées. Où en sont les parties dans leurs négociations ?

Les lignes bougent dans les négociations entre le gouvernement et le patronat du transport routier, représenté par la Fédération du transport et de la logistique, affilié à la CGEM. En effet, l’Exécutif vient d’accepter la proposition du patronat de mettre en place un indice du gasoil. «Nous sommes très satisfaits ! Après une réunion du groupe de travail, tenue le vendredi 4 mars dernier, une seconde est prévue cette semaine en vue de finaliser le projet, de manière à ce qu’il entre en vigueur le plus tôt possible», confie aux Inspirations ECO, Rachid Tahri, SG de la Fédération du transport et de la logistique de la CGEM.

Pour comprendre la portée de cette annonce, faisons un bref retour dans le temps. Il y a quelques jours de cela, et suite à la décision controversée des transporteurs de revoir leurs tarifs à la hausse, le gouvernement avait promis de rencontrer le patronat. La promesse a été tenue et les professionnels ont proposé à l’Exécutif une série de mesures, pour le moins osées, pour une refonte du secteur.

Parmi les propositions en question, figurait celle de la mise en place de cet indice sur le gasoil, qui va amortir un temps soit peu le choc des fluctuations de ce carburant. Soulignons que le prix du baril de pétrole a franchi la barre des 110 dollars et poursuit sa hausse inexorable. Face à ce poste de charge de plus en plus lourd à supporter, les transporteurs ne veulent plus être perçus à chaque fois comme la caisse de résonance des hausses de prix. De quoi s’agit-il ? L’indice en question consiste en un mécanisme d’indexation du gasoil sur le prix du transport.

«Cela veut dire qu’à chaque fois que le prix du gasoil augmente, nous allons répercuter la hausse sur le prix du transport proportionnellement à l’augmentation subie. Dans le sens inverse, si le prix du gasoil diminue, celui du transport devra être revu à la baisse», explique Tahri.

Pour le dirigeant, ce mécanisme d’indexation est intéressant dans la mesure où il ne coûtera pratiquement rien à l’État. Dans plusieurs pays, un tel dispositif est encadré par un texte de loi, ce qui a également été accepté par le gouvernement. L’objectif visé, à travers cette mesure, est d’assurer la transparence et un certain équilibre entre les différentes parties prenantes, en l’occurrence les chargeurs et les transporteurs, dans leur relation contractuelle, tout en régulant les différends éventuels.

Le cahier de charge du groupe de travail
Le groupe de travail composé de cadres du ministère du Transport et de la logistique et de représentants de la Fédération du transport et de la logistique de la CGEM s’est déjà réuni et une autre rencontre est prévue cette semaine. Dans le détail, ce groupe aura à officialiser les mécanismes de fonctionnement de cet indice par une loi qui devrait voir le jour incessamment. L’enjeu étant aussi de «drainer un certain nombre d’entreprises exerçant dans l’informel. Parce que c’est une mesure structurante qui a fait ses preuves dans d’autres pays, notamment en France», souligne Tahri.

Autre axe important : l’accès à la profession
Dans leur proposition pour la refonte du secteur du transport, le patronat a émis d’autres suggestions, portant notamment sur la révision des règles d’accès à la profession, à savoir les critères d’honorabilité et de capacités tant professionnelle que financière. «C’est un deuxième segment sur lequel nous sommes en train de travailler. Parce que c’est l’une des mesures importantes à même de contribuer à la professionnalisation du secteur du transport», explique Tahri. S’ajoute à cela le maintien de l’activité à travers le contrôle de l’entreprise, la lutte contre le dumping et le respect des règles en vigueur.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page