Éco-Business

Tourisme/Vision 2020 : Les bonnes notes de l’OCDE

Dans son édition 2016 du rapport sur les tendances et les politiques du tourisme, l’OCDE est largement revenu sur la stratégie marocaine en la matière, la Vision 2020. Selon l’organisme, il s’agit d’une politique unique en son genre qui a permis au Maroc de disposer d’une expertise avérée de promotion touristique avec un accent particulier sur le développement durable. Dans un marché mondial fortement concurrentiel et qui doit faire face à d’innombrables défis, le rapport liste des pistes permettant aux pays de mieux tirer profit de l’expansion du secteur.

En ces temps d’incertitudes où la multiplication des risques fait craindre une baisse de la compétitivité des pays à fort potentiel touristique comme le Maroc, voilà un rapport qui est de nature à conforter la stratégie Vision 2020. Dans l’édition 2016 de son rapport sur les tendances et politiques du tourisme, l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), a largement analysé la stratégie marocaine qui a pour but de doubler la taille de l’industrie touristique pour «la hisser au rang des vingt premières destinations touristiques mondiales et faire du Maroc, une référence en matière de développement durable dans le bassin méditerranéen».


Selon l’appréciation faite par les auteurs du rapport, «cette ambition s’exprime dans un modèle unique en son genre qui associe croissance vigoureuse, gestion responsable de l’environnement et respect de l’authenticité socioculturelle». Le document qui comprend une analyse succincte des politiques mises en œuvre au niveau de 50 pays membres et partenaires de l’OCDE, estime que le Maroc a su mener une politique volontariste axée sur la promotion du développement durable du tourisme, avec une stratégie qui se base sur les principes du développement durable tout en misant sur l’amélioration des compétences nécessaires dans le secteur, au moyen d’une plateforme de formation en ligne, des mesures de sensibilisation et des guides de bonnes pratiques.

Dans ce cadre, le rapport a mis en exergue le rôle déterminant des organismes nationaux en charge de la mise en œuvre de cette stratégie, notamment le ministère du Tourisme qui assure «le suivi en matière de durabilité, grâce à des indicateurs qui sont en cours de déploiement dans tout le pays, de même qu’il cherche à utiliser le tourisme dans la protection et la promotion des sites écologiques, outre le lancement de projets pilotes concernant l’impact du tourisme sur les populations locales».

Stratégie ambitieuse
Le rapport de l’OCDE est également revenu sur les mesures mises en œuvre par le royaume afin d’assurer le maintien de la place du Maroc parmi les destinations mondiales. À juste titre, une attention particulière a été accordée à l’hébergement et à la mise en place d’un programme de qualité, par le biais notamment d’un système de classement. Les auteurs du rapport ont également mis en relief les principales priorités de la stratégie marocaine destinées à promouvoir le tourisme dans le cadre de la Vision 2020. Il s’agit, entre autres, de l’amélioration de la qualité, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur et de l’attractivité du secteur pour les jeunes.

De même, le rapport estime que le défi pour le pays est de veiller à ce que les entreprises touristiques soient plus compétitives et dans le même cadre, de donner au Maroc davantage de visibilité sur internet en tant que destination touristique. Ces actions s’accompagnent d’autres mesures orientées vers la diversification de l’offre touristique, comme la protection et la promotion des sites écologiques en plus du lancement de projets pilotes pour renforcer l’impact du tourisme sur les populations locales. Le rapport a d’ailleurs mis en exergue certains programmes qui structurent la Vision 2020, notamment pour ce qui est du développement du tourisme interne avec la promotion des produits adaptés aux nationaux, ce qui concourt à renforcer l’offre et à étoffer les infrastructures de base, en plus des niches à haute valeur ajoutée, comme le tourisme d’affaires, de bien-être et de santé.

Tendances mondiales
Le tourisme est l’un des principaux moteurs de l’économie marocaine, a rappelé le rapport de l’OCDE. Il s’agit d’un aspect que le royaume partage avec beaucoup d’autres pays membres de l’organisation et certains enseignements, tirés par les auteurs, s’avèrent intéressants pour la promotion de la destination. L’étude, «Tendances et politiques du tourisme», qui est publiée tous les deux ans, analyse les performances du tourisme et les principales tendances, initiatives et réformes liées aux politiques du tourisme pour 50 pays de l’OCDE et pays partenaires, en fournissant les données et analyses les plus récentes. Le rapport constitue, de ce fait, une référence internationale et un point de repère pour mesurer l’efficacité des pays dans leur soutien à la compétitivité, l’innovation et la croissance dans le tourisme.

En la matière et pour ce qui est de la dernière publication, il ressort que «le tourisme a surmonté avec succès les effets de la crise économique mondiale, et la mise en place de politiques actives et a joué un rôle essentiel dans le soutien à une économie du tourisme compétitive et durable». L’édition 2016 comporte également et en plus des tendances actuelles, notamment des données standardisées sur le tourisme interne, les entreprises et l’emploi et la consommation du tourisme intérieur, des analyses sur la façon dont un système de transport continu peut améliorer l’expérience touristique, ainsi que les possibilités, les défis et les implications de l’économie collaborative pour le tourisme. «Malgré les défis inhérents à la crise économique mondiale, à l’instabilité géopolitique et aux catastrophes naturelles, le secteur du tourisme continue d’afficher une résilience remarquable», lit-on dans le rapport.

L’analyse fait également ressortir qu’il reste un des secteurs clés de l’économie mondiale qui se démarquent par «leur ampleur et leur essor rapide, ainsi qu’une source précieuse de création d’emplois, de croissance économique, de recettes d’exportation et de valeur ajoutée intérieure». L’OCDE fait observer que plus que jamais, «les pays reconnaissent la nécessité de concilier, d’une part, les exigences de sûreté et de protection des frontières, et d’autre part, la facilitation des voyages et la sécurité des touristes». De ce fait et en guise de principale leçon du rapport, «les mutations des tendances des marchés mondiaux et des comportements des voyageurs imposent aux pouvoirs publics des réponses actives, novatrices et intégrées, de sorte que le tourisme demeure un secteur compétitif et en croissance dans les années à venir». C’est tout l’enjeu pour la stratégie 2020. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page