Éco-Business

Tourisme : les professionnels veulent un doublement des capacités aériennes !

À l’heure où le secteur touristique prépare activement la saison estivale, dans un contexte d’allègement du protocole sanitaire des voyages internationaux, d’un côté, et de prolongation de l’état d’urgence jusqu’au 30 juin, de l’autre, la nécessité de doubler les capacités aériennes pour tirer le maximum de bénéfices de cette demande importante est d’actualité.  

Après avoir obtenu des autorités l’allègement du protocole sanitaire des voyages internationaux, les professionnels du secteur touristique militent pour le doublement des capacités aériennes. Les enjeux sont nombreux ! À commencer par celui de tirer vers le haut le taux d’occupation des hôteliers, de maximiser les bénéfices de la demande importante actuelle, de booster la création d’emplois, la qualité des prestations, les recettes en devises…


Contacté par Les Inspirations Éco, Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT) explique. «Nous sommes reconnaissants à l’État pour cette décision d’allègement du protocole sanitaire des voyages internationaux. La simplification des conditions d’accès donne un peu d’espoir et nous permet de commencer à retrouver nos parts de marché naturelles.

C’est quelque chose que les professionnels réclamaient depuis longtemps. On est, aujourd’hui, plutôt satisfaits du niveau des réservations et on constate un certain engouement.

En fait, la demande sur la destination Maroc a toujours été présente. L’envie de voyager est même plus importante qu’avant, parce que les gens n’ont pas pu le faire pendant un an, voire deux, en fonction des pays. Il y a donc un désir de revanche sur le voyage ! Le tourisme représente pour le pays, pour ce gouvernement, une opportunité en termes d’emplois, de recettes en devises, et aussi pour contribuer à l’équilibre de la balance des paiement.

Pour saisir cette opportunité de la demande, très importante, il faut continuer à donner des moyens à l’Office national du tourisme et à la RAM pour maximiser les liaisons aériennes, afin d’en tirer le maximum de bénéfices. Il y a déjà plusieurs dates sur lesquelles on trouve peu d’aérien. On le remarque par le fait, qu’à ces dates, les prix des billets d’avions renchérissent, traduisant le fait que la demande est supérieure à l’offre. Et le sujet, aujourd’hui, va être l’aérien.

Notre demande principale est donc de doubler les capacités aériennes pour pouvoir saisir toutes les opportunités qu’offre cette relance». Il est vrai qu’avec la fermeture des frontières, aux heures chaudes de la pandémie, les compagnies aériennes ont cloué leurs avions au sol et réduit au strict minimum leur activité. Selon le consultant OAG, la capacité mondiale des compagnies aériennes s’est établie en 2021 à 5,7 milliards de sièges, soit 35% de moins qu’en 2019 (8,7 milliards de sièges), avant la crise sanitaire.

À titre de comparaison, elle avait chuté de 54% en 2020. La compagnie nationale n’a pas fait exception à la règle, réduisant, elle aussi, ses capacités. Maintenant que les signaux passent prudemment au vert sur le plan sanitaire, va-t-il y avoir des aménagements sur ce plan ? Va-t-on voir la RAM doubler ses capacités, comme le souhaite le président de la CNT ?

Toujours loin du taux d’occupation de 2019
Au niveau de l’hébergement, «il y a encore de la place et beaucoup de disponibilités. On est toujours loin du taux d’occupation atteint en 2019. Cette année-là, on n’était qu’à 48% de taux d’occupation. Si nous investissons sur l’aérien, nous pouvons progresser beaucoup plus vite sur le nombre d’arrivées, le nombre d’emplois et les recettes en devises, avec les capacités actuelles.

Tout cela nous permettrait de rentrer dans une spirale positive, parce que, quand il y a de l’activité, forcément la qualité des prestations s’améliore tandis que les emplois deviennent plus durables et moins liés à la saisonnalité», explique Bentahar.

La problématique de la saisonnalité et comment en sortir
Selon Bentahar, l’un des défis du secteur touristique marocain est qu’il n’y a pour l’heure, «pas de sujet sur les vacances d’été, des vacances avec des destinations balnéaires retravaillées avec la clientèle nationale et internationale. Aujourd’hui, la question, c’est comment aider ces destinations afin qu’elles sortent de cette problématique saisonnière, ou bien comment élargir la saison.

Il faut que ces destinations puissent travailler… Que celles qui travaillent deux mois par an puissent le faire pendant six ou huit mois, et pourquoi pas toute l’année». Sur ce sujet aussi, la problématique est relative à l’aérien. «L’enjeu est de désenclaver un certain nombre de régions, qui font face à cette question structurelle. On doit leur trouver des solutions aériennes.

Il y a des marchés, ainsi que des tours opérateurs, qui sont prêts à aller en hiver dans ces destinations-là et on les connaît. Il faut juste les accompagner au niveau de l’aérien. Bien sûr, il y a un travail à faire au niveau de chaque région, sur toute la partie animation, activité…».

Les recettes de la Taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique vont grossir davantage !

6 MDH encaissés en janvier, 28 MDH en février, 46 MDH en mars et 90 MDH en avril. Les recettes de la Taxe aérienne pour la solidarité et la promotion touristique commencent à gonfler en même temps que les professionnels du tourisme retrouvent le sourire.

Le fait que cette taxe soit désormais collectée par le Trésor, pour une meilleure maîtrise de sa collecte, fait que ces fonds n’échappent plus aux radars. À titre de rappel, depuis le 1er janvier 2022, et avec l’entrée en vigueur de la loi de Finances 2022, cette taxe est d’abord collectée par le Trésor, avant d’être redistribuée au Fonds d’appui à la cohésion sociale et à l’ONMT.

Avec l’allègement des conditions de voyages internationaux et son impact positif sur les arrivées de touristes, les recettes de cette taxe -supportée par les voyageurs en plus du prix de leur billet, à hauteur de 100 DH pour les billets de la classe économique et 400 DH pour la première classe/classe affaires- vont davantage prendre de volume. Objectif prévu par la loi de Finances 2022 : collecter 800 MDH.

À l’heure où le secteur prépare activement la saison estivale, nous avons demandé à Hamid Bentahar, président de la Confédération nationale du tourisme (CNT), s’il y avait des attentes particulières relatives à cette taxe et vis-à-vis des aides ou soutiens financiers de l’État en général.

«Pour saisir cette opportunité de la demande, très importante, que nous avons, il faut continuer à donner des moyens à l’Office du tourisme et à la RAM, pour maximiser les liaisons aériennes, afin d’en tirer le maximum de bénéfices», a-t-il réagi.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page