Éco-Business

Tourisme : la reprise graduelle se confirme

Les recettes voyages se sont établies à 9,70 milliards de dirhams à fin mars 2022. Ceci témoigne de la reprise de l’activité touristique, laquelle, certes encore timide par rapport au premier trimestre de l’année écoulée, s’inscrit néanmoins dans une tendance haussière mondiale.

La richesse de la destination Maroc suscite l’intérêt malgré les incertitudes et les restrictions qui planent encore sur le secteur. Si on est encore très loin du rush près-Covid, il n’en demeure pas moins que la relance progressive de l’activité touristique se confirme. Sévèrement affectée par la crise sanitaire mondiale induite par la pandémie de Covid-19, la destination Maroc reprend donc à présent du poil de la bête.

De Marrakech à Agadir, en passant par les villes du nord du Royaume, la fréquentation est en constante hausse, comme en témoignent les recettes voyages qui se sont établies à 9,70 milliards de dirhams (MMDH) à fin mars 2022, marquant un accroissement de 79,6% par rapport à la même période en 2021, selon les statistiques de l’Office des changes.

Néanmoins, ces chiffres sont en baisse de 43,6% par rapport au premier trimestre de l’année 2020 (avant le premier confinement), indique l’Office dans sa récente note sur les indicateurs mensuels des échanges extérieurs, ajoutant que les dépenses ont augmenté de 30,1%. Ainsi, le solde excédentaire des voyages, principale composante des échanges de services, a plus que doublé, se situant à 6,85 MMDH à fin mars 2022 contre 3,21 MMDH à fin mars 2021.

Par ailleurs, l’Office fait savoir que la balance des échanges de services a affiché un excédent en hausse de 70,1% à fin mars 2022, à 16,71 MMDH, contre 9,82 MMDH un an plus tôt. Cet accroissement fait suite à une hausse de 28,4% des exportations, à 36,18 MMDH, plus importante que celle des importations qui n’a été que de 6,1%, précise la même source.

Ces résultats devraient être meilleurs dans les mois à venir au vu des efforts que déploient les opérateurs et la tutelle, en termes de marketing, afin de relancer l’engouement autour de l’offre touristique Maroc. Un exemple édifiant, la campagne internationale «Terre de Lumière», lancée le 22 avril dernier par l’Office national marocain du tourisme (ONMT).

Il s’agit d’une «offensive» déployée dans 20 pays ciblés sur quatre continents. Cette campagne qui sublime le pays enregistre, d’ores et déjà, un impact considérable sur les publics cibles des marchés stratégiques, l’objectif étant de faire du Maroc une marque mondiale iconique et inspirante, la plaçant parmi les destinations touristiques préférées des voyageurs du monde.

Pour ce faire, les équipes de l’ONMT tablent sur le nouveau procédé tendance du moment, digital Out Of Home (DOOH), utilisé pour l’affichage urbain. Il est à noter que l’Office cible les touristes internationaux dont la tranche d’âge s’étale entre 25 et 59 ans manifestant un intérêt pour l’art, les expériences culturelles, la nature et le patrimoine rural ainsi que les plages et les activités de loisirs.

Rappelons que la campagne «Terre de Lumière» a été lancée par l’ONMT simultanément dans 20 pays, dont la France, l’Espagne, l’Allemagne, le Royaume-Uni, les USA, Israël ainsi que certains États du Moyen et Proche Orient, et d’Afrique sub-saharienne, ce qui constitue une première dans l’histoire. À travers le digital, la télévision, l’affichage et la presse, l’objectif est d’atteindre un niveau de notoriété, de visibilité, de couverture et de fréquence maximum afin de provoquer un engagement avec les touristes du monde entier.

Cette opération de séduction a été lancée dans un contexte particulier marqué par la reprise des activités touristiques locales comme internationales, après deux ans de crise et de paralysie du secteur. Aujourd’hui, partout dans le monde ou presque, la tendance est à la hausse pour toutes les destinations.

En Chine, où la crise sanitaire reste encore d’actualité, un total de 160 millions de voyages touristiques a été enregistré pendant les cinq jours de congés de la Journée internationale des travailleurs (du 30 avril au 4 mai), soit une baisse de 30,2% par rapport au niveau de l’année dernière. Les revenus touristiques ont atteint environ 9,77 milliards de dollars, en repli de 42,9% par rapport à l’année dernière.

La plateforme de réservation de logements en ligne Airbnb a publié, mardi, des résultats trimestriels meilleurs qu’attendus avec des réservations record et table sur une demande soutenue jusqu’à la fin de l’année. Sur les trois premiers mois de l’année, le groupe de San Francisco a enregistré 102 millions de nuitées et activités (aussi appelées «expériences») réservées, soit plus qu’aucun autre trimestre auparavant.

C’est 34% de plus que pour la même période de 2019, qu’Airbnb a désormais choisie comme base de comparaison, faisant valoir que 2020 et 2021 avaient été des années atypiques, marquées par la pandémie de coronavirus. Le chiffre d’affaires est, lui, supérieur de 80% à celui du premier trimestre 2019 et de 70% sur un an, à 1,5 milliard de dollars, soit meilleur qu’attendu par les analystes.

Une tendance qui profiterait aussi à la destination Maroc. D’ailleurs, pour l’année 2022, l’ONMT prévoit une croissance des arrivées de touristes internationaux allant de +30% à +78% par rapport à 2021. Toutefois, ces niveaux resteront inférieurs de 50% à 63% à ceux enregistrés avant la pandémie.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page