Éco-Business

Tarik Dahab, DG Leyton Maroc : “Nous allons embaucher 200 ingénieurs au cours des 12 prochains mois”

Tarik Dahab
Directeur général Leyton Maroc

S’appuyant sur l’expertise de ses 500 collaborateurs, dont plus de la moitié sont ingénieurs et/ou docteurs, Leyton Maroc affiche ses ambitions pour accompagner ses clients dans leurs projets d’innovation, de transition écologique et de digitalisation de leurs processus. 

Le Maroc enregistre un taux de femmes ingénieures de 42,2% en 2021, un des plus importants au monde. Peut-on parler, aujourd’hui, d’une évolution de la parité en courbe inversée ?

Nous pouvons, en effet, nous réjouir de ce taux de femmes ingénieures au Maroc, parmi les plus élevés au monde , selon le Rapport UNESCO «La course contre la montre pour un développement plus intelligent», publié le 11.02.2021. La France, par exemple, ne compte parmi ses ingénieurs que 26,1% de femmes, les États-Unis 20,4%, le Canada 19,7% et le Japon 14%. Nous pouvons donc parler d’évolution de la parité en courbe inversée, évolution qu’il convient d’encourager pour pallier aux défis technologiques.

En effet, la plupart des domaines technologiques de la quatrième révolution industrielle font face à une pénurie de talents. Dans ce contexte, les Nations Unies prévoient que, pour chaque emploi créé par l’industrie 4.0, les femmes perdront cinq emplois, contre trois pour les hommes. De ce fait, il faut considérer que pour saisir les possibilités créées par la quatrième révolution industrielle, il faudrait s’assurer que les femmes disposent des mêmes chances d’accès à l’éducation, à l’information et à la formation, véritables catalyseurs de développement.

60% de l’effectif de Leyton sont des femmes. Quel est l’engagement du cabinet dans ce sens ?
Chez Leyton, nous considérons la diversité réelle comme une richesse, tant en entreprise que dans la société en général. La parité des genres constitue pour nous un premier pas pour plus de diversité dans nos équipes. À ce sujet, nos effectifs sont, effectivement, à 60% constitués de femmes et nous en sommes fiers.

Considérant nos engagements de recrutement massif d’ingénieurs, couplés au taux de femmes ingénieures au Maroc parmi les plus forts au monde, nous aurons incontestablement l’opportunité de renforcer et d’encourager la présence féminine aux postes à forte responsabilité. Nous ambitionnons d’être un acteur majeur de la parité dans les postes à responsabilité en encourageant les femmes à se tourner vers des carrières managériales et/ou vers de l’expertise métier.

À ce titre, le programme d’Empowerment Women @Leyton, qui se déroule sur tous nos sites, illustre cette ambition. Notre engagement pour la parité et, plus largement la diversité, ne s’arrête pas là. Leyton promeut la diversité au sens large, l’inclusion et le bien-être des employés quels que soient leurs origines géographiques, socio-culturelles, religieuses, leurs âges, sexes…

Ceci s’illustre, par exemple, au travers de notre stratégie de recrutement visant des talents provenant de divers pays, mais aussi via des partenariats que nous tenons à développer de façon diversifiée avec des écoles d’ingénieurs et des universités publiques et privées.

Plus récemment, nous collaborons avec des associations engagées, comme Jadara Fondation, avec qui nous nous engageons à parrainer une brillante bachelière dans le cadre de ses études supérieures.

Qu’en est-il de l’étendue de Leyton au Maroc ?
Nous comptons actuellement 630 collaborateurs dans le Royaume dont 55% d’ingénieurs et/ou de docteurs. Par ailleurs, nous allons embaucher 200 ingénieurs au cours des 12 prochains mois et pour cause : une forte croissance au niveau international ! Une croissance durable, car nous visons le doublement de nos effectifs à horizon 2025 et un renforcement de la présence d’ingénieurs et de docteurs dans nos rangs.

Notre ambition : être plus de 1.200 salariés d’ici 2025 avec 80% d’ingénieurs et/ou de docteurs. Notre senior manager conseil, Zoubida Sebti, affirme que, dans ce contexte de forte croissance, nous aurons l’opportunité de recruter davantage de femmes et ce, à tous les niveaux (stagiaires, jeunes diplômées, confirmées) et, de facto, d’augmenter le taux actuel de 60% de présence féminine.

Nous prévoyons des parcours d’accompagnement et de formation qui leur permettront, sur la base du mérite, d’évoluer vers des postes d’expertise et à responsabilité.

Quels sont les secteurs qui font appel à vos services ?


Leyton est un cabinet de conseil en financement de l’innovation, en transition écologique et digitale et en amélioration de la performance opérationnelle. Il accompagne des entreprises dans 13 pays, aux États-Unis, au Canada ainsi qu’en Europe. Ces pays ont des dispositifs matures incitant les entreprises à investir dans le domaine de la R&D et de l’innovation et à opérer leur transition énergétique.

En tant que cabinet de conseil, nous accompagnons ces entreprises dans l’activation de ces dispositifs incitatifs selon une approche durable. Noha Taousse, qui est Team Leader USA and Sweden Markets note, dans cette logique, qu’avec le lancement de nos activités conseil sur les marchés américain, et plus récemment suédois, nous recrutons des profils disposant à la fois de compétences métiers mais aussi interpersonnelles (soft skills), fondamentales dans ce contexte international.

Nous privilégions des compétences telles que l’empathie, l’écoute, la maîtrise de soi et des valeurs incontournables comme la solidarité et le partage. Ces soft skills favorisent un mode de collaboration collectif, responsable et engagé, valorisant ainsi une mixité paritaire hommes-femmes et des interactions plus équilibrées.

Comment se dessine votre stratégie de développement  ?


Nous nous attelons à faire aboutir plusieurs chantiers stratégiques liés au capital humain de Leyton Maroc. J’en citerai trois emblématiques et interdépendants, en l’occurrence l’attractivité et le recrutement, le développement des compétences et les partenariats stratégiques.

En ce qui concerne le premier chantier qui a trait au recrutement, compte tenu de nos perspectives de développement, nous nous apprêtons à doubler le nombre de nos collaborateurs d’ici 2025 et prévoyons de recruter 200 ingénieurs et/ou docteurs au cours des 12 prochains mois pour les activités de conseil en innovation, conseil en énergie et numérisation des processus. Ce faisant, nous participons à l’employabilité des diplômés en leur donnant accès à des métiers à forte valeur ajoutée et à dimension internationale.

Pour ce qui est du deuxième chantier lié à la formation, Leyton entend sensibiliser, le plus en amont possible, les futurs diplômés au monde du conseil et du digital. Pour cela, en commun accord avec les institutions académiques, nous intervenons sur des sujets d’intérêts divers : des ateliers dédiés aux soft skills, des formations courtes en développement informatique, le shadowing, la proposition d’études de cas «conseil», le mentoring d’étudiants sur des projets académiques… Ces actions contribuent à l’empowerment des futurs diplômés.

Enfin, nous croyons dur comme fer à l’importance des partenariats stratégiques avec les institutions de formation pour assurer le développement durable du capital humain au Maroc. À cet effet, nous collaborons proactivement avec les écoles d’ingénieurs et les universités (UM6P, Al Akhawayn, EMSI…), ainsi qu’avec des associations visant le développement des compétences, l’inclusion et la diversité (Jadara Foundation).

Avec nos partenaires, nous agissons au profit de l’employabilité et de l’empowerment des talents dans le Royaume via le recrutement et le co-développement de formations au profit de futurs diplômés, le tout dans une logique expérientielle. Il s’agit de formations adaptées au domaine du conseil visant le développement des soft skills, tels que l’écoute client, l’esprit critique et la résolution de problèmes, la négociation…

Nous nous impliquons, également, dans le redesign des parcours de formations académiques à travers notre participation au corporate advisory board d’universités privées partenaires. Enfin, avec les centres de recherche universitaires partenaires, nous ambitionnons de mener des projets prospectifs de recherche sur la conception et le déploiement de dispositifs incitatifs de financement de l’innovation et de transition écologique, adaptés au contexte marocain…

En somme, nous souhaitons participer à l’émergence de talents au Maroc, en mesure d’être force de proposition pour les institutions publiques et privées sur des sujets tels que les transitions technologiques, écologiques et digitales.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page