Éco-Business

Station d’Aghroud : la SDR Aghroud Aménagement à la rescousse

L’aménagement de la future station d’Aghroud mobilisera, entre 2021 et 2026, l’équivalent d’1,5 MMDH. La SMIT et le Conseil régional Souss-Massa ont décidé de créer la SDR Aghroud Aménagement. Ils consacreront 600 MDH, pour chacun pour la réalisation de la station alors que la SDR mobilisera 300 MDH en 2024 et 2025.

Contrairement à la station balnéaire de Taghazout Bay, la future station d’Aghroud, située au nord d’Agadir, fera appel à une société régional d’aménagement touristique, dans le cadre de loi organique n° 111-14, relative aux régions, notamment le chapitre III afférent aux sociétés de développement régional.


Dans ce sens, c’est la Société marocaine d’ingénierie touristique (SMIT), qui est une institution publique, et le Conseil régional Souss-Massa qui ont déjà activé la création d’une société développement régional baptisée «SDR Aghroud Aménagement» pour la réalisation de la station d’Aghroud.

Dotée d’un capital de 10 MDH, la société de développement régional Aghroud Aménagement se chargera des opérations d’aménagement, équipement et valorisation de la zone d’Aghroud, étalée sur 594 hectares. Selon les estimations déjà réalisées, l’aménagement de la station mobilisera 1,5 MMDH durant la période 2021-2026 à hauteur de 600 MDH, pour chacun (SMIT et Région) alors que la SDR Aghroud Aménagement devra mobiliser en 2024 et 2025 l’équivalent de 300 MDH.

Dans un premier temps, la SMIT devra mobiliser sa quote-part (600 MDH), dont 150 MDH à partir de 2021 pour l’équipement du foncier et 450 MDH seront ultérieurement attribués à la SDR Aghroud Aménagement dès sa création. La région devra mobiliser pour sa part ses contributions à partir de l’année 2022, soit 150 MDH.

Le montant le plus conséquent aux travaux hors et in site
Au total, la somme la plus importante sera consacrée durant les six prochaines années aux infrastructures de base hors et in site. À cet égard, 850 MDH seront consacrés à la réalisation des aménagements de base à l’intérieur du site, mais aussi à l’extérieur, notamment via la réalisation de la voie de contournement, le branchement en eau potable, électricité et assainissement avec la réalisation d’une station d’épuration. Une autre enveloppe fixée à 350 MDH sera dédiée au renforcement de l’attractivité du site à travers la mise à niveau urbaine de la zone et l’animation par le biais de l’aménagement de la corniche, l’intégration et la mise à niveau des villages avoisinants, le développement de la composante animation et un parc thématique d’attraction.

Pour le reste, à savoir 300 MDH, ils seront alloués à hauteur de 150 MDH pour l’assainissement de l’assiette foncière des occupations, alors qu’une enveloppe similaire (150 MDH) sera consacrée à la réalisation des études techniques, urbanistiques et architecturales. Les contributions seront débloquées au plus tard, chaque année au cours du mois de mars, en fonction du budget approuvé par le conseil d’administration de la SDR Aghroud Aménagement.

Les engagements formulés dans une convention multipartite
L’ensemble de ses engagements ont été formulés dans le cadre d’une convention multipartite qui sera paraphée par le ministère du Tourisme, de l’artisanat, du transport aérien et de l’économie sociale, la wilaya de la Région Souss-Massa, le Conseil régional Souss-Massa et la SMIT. À la base de l’article 5 de ladite convention, une procuration intégrale sera octroyée à la SDR Aghroud Aménagement par la SMIT, propriétaire du site pour l’exécution de toutes les démarches administratives auprès de la commune de Tamri pour la réalisation des travaux de valorisation et d’aménagement et le lancement de l’appel à manifestation d’intérêts en faveur des futurs investisseurs à l’issue de la fixation des prix de cession de terrain. En vertu de cette convention, la SDR Aghroud Aménagement sera amenée à réaliser le projet à hauteur de 5% des contributions des partenaires précités. En contrepartie, elle recevra aussi 5% des prix de cession des parcelles sous forme de redevances dédiées au profit de la SDR Aghroud Aménagement.

Le master plan de la station déjà réalisé
Pour rappel, la SMIT avait relancé l’appel d’offres ouvert (n°04/SMIT/2019) afférent à la réalisation de l’étude du master plan de la future station d’Aghroud (voir leseco.ma). Après sa réalisation, ce document a été validé et présenté au niveau local par la SMIT. S’il y a un fait méritant d’être relevé dans le cadre de la réalisation de ce plan de masse, c’est l’intégration des villages et leur mise à niveau à travers l’intégration des occupations d’Aghroud bas et la requalification urbaine d’Aghroud Haut dans le cadre de la future station touristique. En effet, ces deux villages sont situés à l’intérieur du ressort de l’assiette foncière du projet. Au total, elle est étalée sur 595 ha. Pour Aghroud Haut, la mise à niveau et l’intégration de ce village sera faite au parc d’attractions de la future station éponyme. En ce qui concerne Aghroud Bas, il sera intégré avec une mise à niveau, prévue par le plan de masse dans la vie de la station avec la création de plusieurs espaces d’animation.

Offre prévue de la station: 12.000 lits
S’agissant de l’offre de la station, elle devra déboucher sur une taille de capacité d’hébergement hôtelier avoisinant les 12.000 lits. La première séquence d’aménagement portera sur 200 ha, soit 5.000 lits pour la période 2020-2026. Par ailleurs, la procédure d’indemnisation des ayants droit expropriés pour la réalisation de la future station balnéaire d’Aghroud a été lancée. Elle a mobilisé plus de 130 MDH. La valeur des parcelles foncières a été comptabilisée en se référant à la date d’expropriation, c’est-à-dire en juin 1976 avec les intérêts de retard.

La commission administrative d’évaluation du foncier pour la fixation des indemnités a déjà établi les tarifs de compensation. Il s’agit de 20 à 50 DH/m² pour les catégories de terrains identifiés pour les parcelles privées, alors que les terrains forestiers et ceux appartenant au domaine privé de l’État et le domaine communal sont respectivement fixés à moins de 5 et 10 DH. Pour les bâtiments inventoriés en 1976, il s’agit d’un prix forfaitaire fixé à 500 DH/m². 

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page