Éco-Business

Shopping : Sebta attend les touristes marocains

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La chambre de commerce de Sebta a appelé les autorités de l’enclave à agir au plus vite auprès de leurs homologues marocains pour l’ouverture du nouveau passage frontalier afin de faciliter l’entrée des touristes marocains.


Les commerçants de Sebta s’inquiètent. Dans une déclaration à la presse locale, le président de la chambre de commerce de Sebta, Karim Boulaix a fait part de son inquiétude face au retard dans l’inauguration du nouveau passage frontalier. Baptisé Tarajal II par les Espagnols, ce nouveau point de contrôle devrait participer à fluidifier le trafic. Cette réaction fait suite à une annonce faite par les autorités de Sebta où elles ont informé qu’à la demande des autorités marocaines, le nouveau poste de contrôle ne sera opérationnel qu’à la fin de septembre.

«Au sein de la chambre de commerce, nous avons, à maintes reprises, souligné l’importance du client marocain pour nos commerces et nos hôtels, et de facto pour notre économie et l’emploi», a déclaré le président des opérateurs économiques sebtis. Karim Boulaix estime que la congestion du trafic écorne l’image de la ville auprès des touristes marocains désirant s’y rendre. Boulaix et ses confrères considèrent que la ville est en train de perdre une clientèle de choix, celle qui se déplace au nord du Maroc en villégiature durant la saison estivale.

De surcroît, les commerçants se plaignent du fait que leur chiffre d’affaires est en berne et leur négoce tourne au ralenti à cause de cet éternel problème des files d’attente aux frontières. De fait, la saison estivale constitue l’une des plus fortes périodes, voire la plus stratégique, pour les tenanciers des commerces de la ville. Les vacanciers marocains en déplacement dans la zone affluent en masse à l’enclave et font le bonheur des commerçants. Or, cette année, la période des soldes bat de l’aile, en partie à cause des rétentions au niveau du passage frontalier.

De fait, le client marocain est devenu si vital pour l’économie sebtie que durant les dernières années, le département en charge du tourisme a organisé une campagne promotionnelle à travers de flyers dans les résidences touristiques de la zone nord du Maroc. Boulaix a appelé les autorités de sebta à ne pas dormir sur ses lauriers en considérant que le client marocain est un client conquis. Le président de la chambre de commerce a rappelé que la ville doit être plus compétitive vu que la concurrence est de plus en plus rude dans la région.

À cet égard, il a rappelé que des centres commerciaux ont ouverts leurs portes à Tanger et cela constitue une menace pour le commerce de la ville. De même, Boulaix a mentionné l’existence de destinations proches à des prix abordables par avion où le client marocain peut s’y rendre en peu de temps que celui qu’il perd aux frontières.

L’opérateur sebti a exhorté les autorités de la ville à se pencher sérieusement sur ce problème de transit duquel dépend «l’économie de la ville», a-t-il rappelé. Les commençants de la ville nourrissent l’espoir de voir leurs chiffres exploser comme c’était le cas durant les jours fériés d’Aid el Fitr. À cette époque, les hôtels de la ville ont connu une affluence sans précédent grâce à la présence du touriste marocain. Cette situation d’exception s’est produite suite à l’interdiction du passage des porteurs des fardeaux durant 12 jours. Les agents marocains et espagnols avaient concerté la fermeture du passage aux porteurs, ce qui a fluidifié le transit et a drainé une importante clientèle marocaine. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page