Éco-Business

Salon Smart Entreprise Morocco : une 2e édition pour faire rebondir le secteur de l’entrepreneuriat (VIDEO)

Dans un contexte où le milieu de l’entrepreneuriat a beaucoup souffert, suite à la crise sanitaire liée au Covid, le salon Smart Entreprise Morocco revient avec une deuxième édition pour redonner confiance aux entrepreneurs et faire rebondir le secteur. 

Les acteurs du secteur entrepreneurial se sont rassemblés à la deuxième édition du Salon Smart Entreprise Morocco, organisée par la société Harvard Consulting, qui s’est tenue les 29 et 30 novembre. Au moins quarante exposants ont été présents à ce rendez-vous annuel, une trentaine de conférenciers marocains et internationaux et une vingtaine d’experts renommés, représentant des entreprises marocaines et multinationales, abordant ainsi de nouveaux concepts liés au monde de l’entrepreneuriat. Une occasion d’échanger autour de la thématique «Entrepreneuriat et capital humain à l’ère digitale». Dans une déclaration accordée aux Inspirations ÉCO, Saad Hammoumi, président du salon, s’est exprimé et a déclaré que l’objectif principal de cette édition est de faire de ce salon un rendez-vous annuel de l’écosystème entrepreneurial. «On a créé des synergies entre les acteurs, on a constaté une forte présence des jeunes, ce qui est une très bonne nouvelle», fait-il savoir. Et d’ajouter: «Nous voulons mettre en avant le capital humain, qui s’avère être une vraie problématique pour l’écosystème marocain et sensibiliser les jeunes à l’entrepreneuriat».

Pour sa part, Fatima Zahra Mokhtari, directrice par intérim du Pôle impulsion économique et offre territoriale au Centre régional d’investissement de Casablanca-Settat, a confié aux Inspirations ÉCO que plusieurs centres d’investissement sont présents au salon afin de présenter les différents programmes d’accompagnement qu’offrent les Centres régionaux d’investissement (CRI) aux porteurs de projets des très petites et petites entreprises, ainsi qu’aux investisseurs qui ont des questions relatives à leur implantation, à l’offre territoriale que propose chaque région et à leur développement au sein des régions. Pour cette édition, le salon aborde également le sujet de l’entrepreneuriat féminin qui demeure malheureusement encore faible à ce niveau-là, ainsi que le développement durable qui est un axe important, souligne Hammoumi. Et d’ajouter qu’un intérêt particulier est donné au développement de la parité au sein de notre économie, à l’implication des Marocains du monde dans la construction du Maroc nouveau, ainsi qu’à la dimension environnementale (RSE, RSO) qui est désormais une réalité qui s’impose dans l’économie mondiale.

Au menu, plusieurs nouveautés et concepts novateurs, à savoir Industrie 5.0, métavers, entrepreneuriat effectual et gouvernance d’entreprise. Les secteurs porteurs et la révolution des services seront, également, au centre des discussions des panels et workshops. Sans oublier l’axe majeur de l’entrepreneuriat comme créateur de valeur et, enfin, la promotion de l’entrepreneuriat à l’international.

Adoption du projet de loi formant charte de l’investissement
Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l’Investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, se félicite de l’adoption du projet de loi cadre 03.22 formant charte de l’investissement, après les efforts consentis pour y parvenir. En effet, le nouveau texte vient remplacer un autre vieux de 27 ans. Le vote par les deux Chambres du projet de loi-cadre 03-22, formant charte de l’investissement, ce 29 novembre 2022, marque la fin d’une époque. Le ministre a souligné la nécessité d’encourager l’investissement privé : «Il faut partir en quête des Marocains qui souhaitent investir. Nous voulons créer de l’optimisme et insuffler une nouvelle dynamique. Il est temps de faire émerger une nouvelle génération d’investisseurs». Par ailleurs, Jazouli n’a pas manqué de rappeler les trois principaux leviers contenus dans la nouvelle charte, dont le premier concerne les systèmes de soutien.

Ces derniers comprennent tous les investissements, petits et grands, l’ensemble des investisseurs, Marocains et étrangers, ainsi que toutes les régions du Royaume. Le deuxième porte sur les mesures nécessaires pour améliorer l’environnement des affaires en vue de faciliter le circuit de l’investisseur. Quant au troisième, il porte sur le renforcement d’une gouvernance unifiée et décentralisée à même de garantir la convergence et l’efficacité des mesures qui seront prises pour développer et promouvoir les investissements.

La loi-cadre 03-22 devrait être promulguée prochainement. Une série de textes réglementaires et d’application devraient sortir selon un calendrier précis, fixé par la Charte. «Nous avons un challenge énorme à relever, fixé par le Roi Mohammed VI, à savoir la mobilisation de 550 MMDH d’investissements et la création de 500.000 emplois au cours de la période 2022-2026», a conclu le ministre.

Kenza Aziouzi / Les Inspirations ÉCO

Investissement : voici où placer son argent en 2023 au Maroc



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page