Éco-Business

Recherche scientifique : l’USMBA de Fès toujours en pole position

L’université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès a réussi à maintenir son leadership national dans l’enseignement supérieur public. En 2021, elle a triplé son nombre de brevets, pour en atteindre 30, annuellement. Elle a, également, enregistré une progression de près de 15% du nombre de publications indexées.

Que ce soit dans les domaines de la recherche scientifique, la qualité de la formation ou encore en termes de positionnement international, l’université Sidi Mohamed Ben Abdellah (USMBA) de Fès continue d’améliorer l’ensemble de ses indicateurs de performance. C’est ce qui ressort du dernier classement «Times Higher Education Impact Rankings (THE)», qui vient de confirmer, une nouvelle fois, sa position de leader, à l’échelle nationale, de l’enseignement supérieur public.


L’université a, également, tiré son épingle du jeu à l’international, en se situant dans la catégorie (801-1000), parmi les 2.112 meilleurs établissements universitaires au monde. En 2021, elle a ainsi triplé son nombre de brevets pour en déposer 30, chaque année. Actuellement, les responsables de l’établissement sont en train de mener un nouveau processus visant à rendre opérationnels ces brevets, dans des entreprises de la région. l’USMBA a, également, réussi à enregistrer une progression annuelle de près de 15% du nombre de publications indexées. La recherche scientifique joue un rôle important dans ce classement, chiffres à l’appui. En 2020, 20 brevets ont été déposés au niveau national et quatre à l’international.

Ce chiffre n’avait jamais été atteint auparavant, depuis la création de l’université en 1975. La politique de l’université vise surtout à améliorer ses indicateurs de performance. Pour réussir cette mission, elle a débloqué des financements conséquents pour la recherche scientifique. Elle a, en effet, alloué un budget de lancement de quatre millions de DH, en 2020, pour encourager ses laboratoires à cette fin. Les articles scientifiques, publiés par les enseignants chercheurs de l’USMBA dans des revues internationales indexées dans les bases de données Scopus ou Web of Science, seront récompensés par des primes allant jusqu’à 75.000 DH.

Par ailleurs, chaque brevet, officiellement enregistré au niveau national, équivaut à un article scientifique publié dans une revue indexée de catégorie Q2, avec, à la clé, une prime financière de 7.000 DH. Les brevets, enregistrés à l’international, sont équivalant à un article scientifique publié dans une revue indexée de catégorie Q1 (9.000 DH). Cette prime est, cependant, allouée uniquement aux brevets déposés au nom de l’Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès.

La mise en œuvre de mesures motivantes à la recherche et l’innovation, l’ouverture et la visibilité internationale des enseignants chercheurs et des doctorants de l’université, et l’obligation de publier au moins deux articles indexés avant toute soutenance de thèse, sont autant de mesures prometteuses d’un meilleur avenir pour la recherche et l’innovation, à l’USMBA. Juste après la rentrée universitaire, l’université compte procéder au lancement des assises de l’innovation pédagogique. «Ces assises vont permettre de revoir en profondeur l’acte d’enseigner, sur tous les volets de la formation, l’enseignement devant connaître de profonds changements, au vu des contraintes sanitaires et compte tenu de l’expérience acquise durant cette période de pandémie», explique le président de l’USMBA, Redouane Mrabet.

Les critères de classement
Dans sa dernière version, le Times Higher Education World University rankings a classé les universités suivant 13 critères, selon leur réputation et leurs performances. Il prend en considération l’environnement d’apprentissage, la recherche universitaire et le volume des contributions de l’université à la recherche. Sont jugées, également, la capacité d’innovation et l’ouverture à l’international. Ce classement exclut les établissements qui publient moins de 1.000 articles tous les quatre ans, ainsi que ceux qui en publient moins de 150 par an. Le World University Ranking s’appuie enfin sur de nombreux autres critères, tels que l’importance du budget destiné à la recherche, le nombre de recherches publiées et leur influence dans le monde universitaire, ou encore le nombre d’étudiants étrangers présents dans l’établissement.

Mehdi Idrissi / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page