Éco-Business

Recherche et innovation. L’Université EuroMed de Fès promeut l’excellence (VIDEO)

L’Université EuroMed de Fès propose des programmes de formation et de recherche obéissant aux meilleurs standards internationaux, et reposant sur l’expérience et l’innovation, entre autres.

L’Université EuroMed de Fès se caractérise par toutes les particularités d’un établissement d’excellence. Elle dispose d’un conseil scientifique composé d’une pléthore de personnalités scientifiques internationales, dont un Prix Nobel. Sur son éco-campus de 40 ha, bientôt étendu à 100, l’infrastructure de recherche, à la pointe de la technologie, sert à la formation par et pour la recherche, dans le but de conduire une recherche partenariale finalisée. Sa plateforme d’impression 3D, la plus importante du pays, voire du continent, comporte en effet une soixantaine de machines, dont certaines sont fabriquées par les ingénieurs et chercheurs de l’Université, créateurs de leurs propres startups. Dotée de la plus importante plateforme digitale universitaire du pays, l’UEMF agit en tant qu’acteur régional et international dans la conception des dispositifs novateurs, par le biais de logiciels complexes et robustes, alliant numérique, big-data, deep-learning, réalité virtuelle, robotique et cobotique.


Par ailleurs, l’UEMF déploie actuellement le projet Fès-Smart-Factory (FSF), une concrétisation sur le terrain de la vision nationale en matière d’accélération industrielle, en parfaite résonance avec la vision royale en matière d’industrialisation du pays. L’objectif ultime étant de renforcer la productivité et la compétitivité des entreprises marocaines, en les aidant à effectuer leur transformation digitale, et s’inscrire dans un processus de moindre consommation d’énergie et de décarbonisation, un enjeu qui devient de plus en plus pressant. Ce projet de plus de 200 MDH, cofinancé par le ministère de l’Industrie, du commerce et de l’économie verte et numérique, par le MCC (Millenium Challenge Corporation), par le Conseil de la région Fès-Meknès et par le trio Université Euromed de Fès, la Branche Fès-Taza de la CGEM et la compagnie Alten, ainsi que par l’ADD (l’Agence du développement du digital), est une première sur le continent africain. Cette zone d’innovation comprendra un incubateur et un accélérateur de startups, des lieux d’ingénierie, un centre de conférence et d’interaction entre les différents acteurs et une usine modèle 4.0 sur campus.

Dans les domaines de la formation initiale et continue, l’UEMF dispose d’un Centre des études doctorales (CEDoc) qui anime constamment la vie scientifique du cycle doctoral à travers des conférences, des workshops, des débats, des cours et des ateliers de formation spécifiques, que ce soit dans l’unité «Ingénierie» ou dans celle des «Sciences Humaines et Sociales». Afin de booster la recherche et l’innovation, l’université met en place un système d’incitation en faveur des chercheurs les plus méritants, notamment ceux qui publient les résultats de leurs travaux de recherche dans des journaux internationaux de prestige et à très haut facteur d’impact, comme NATURE et SCIENCE. Quant aux doctorants de l’UEMF, ils bénéficient d’une bourse de 5000 à 8000 DH/mois durant trois ans. L’Université a d’ailleurs mis en place une politique de bourses de doctorat, destinées aux étudiants africains, dans le cadre d’un accord conclu avec l’African Science Research and Innovation Council de l’Union Africaine dont bénéficient une dizaine de doctorants chaque année. Aujourd’hui, l’UEMF affirme son leadership, tant en ce qui concerne ses productions scientifiques, rapportées aux membres de ses chercheurs, que ses contrats financés par l’industrie tout en œuvrant à faire profiter des résultats de ses recherche le monde socioéconomique et la société en général.

Renforcer la compétitivité

L’Université Euromed de Fès est l’une des rares universités en Afrique et du pourtour méditerranéen à disposer de plusieurs plateformes technologiques de pointe, dans différents domaines et notamment en «Fabrication additive (3D) et prototypage», «Génie des procédés et génie civil», «Synthèse des matériaux et leur caractérisation», «Biotechnologie et génie biomédical», «Énergies renouvelables, stockage d’énergie et efficacité énergétique», «Ingénierie digitale et intelligence artificielle». Selon la direction de l’université, ces plateformes sont mutualisées et servent à la formation par et pour la recherche multipartite. «Elles sont également l’outil permettant aux enseignants-chercheurs et aux étudiants d’imaginer, de concevoir et de développer de nouveaux concepts, procédés et produits, avec comme objectifs un transfert technologique vers le secteur privé et la création de nouvelles startups et spin-off. Elles sont accessibles aussi aux universités partenaires, notamment celles de la Région Fès-Meknès, ainsi qu’aux entreprises, pour les accompagner dans leurs stratégies d’innovation et de renforcement de leur compétitivité, face à un environnement international très concurrentiel», détaille la direction de l’UEMF.

K.M. (Les inspirations ECO)

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page