Éco-Business

Prévisions financières : Cosumar, un titre “à conserver”

Selon Attijari Global Research, le titre Cosumar passe du statut «À vendre» à celui «À conserver», avec un cours objectif de 195 DH contre 240 DH initialement.  

Attijari Global Research (AGR) révise ses recommandations sur le titre Cosumar de vendre à conserver. En effet, dans une note sur le titre, la société de recherche annonce que son «cours objectif du titre Cosumar ressort à 195 DH contre 240 DH initialement. Sur la base du cours actuel en Bourse, nous révisons notre recommandation de vendre à conserver». AGR tient compte, dans ce sens, des conditions climatiques moins favorables et du renchérissement de la facture énergétique, et réajuste son scénario d’évolution des marges de Cosumar sur la période 2022-2023. Par ailleurs, la société de recherche maintient son scénario sur la contribution positive de l’activité Export et du projet Durrah.

Techniquement, AGR s’attend à un relèvement du taux d’actualisation du titre sous l’effet de la hausse de la prime de risque relative aux actions et des rendements obligataires de l’industriel nationale. Dans sa réactualisation des prévisions de croissance de Cosumar durant la période 2022-2023, AGR fait ressortir une forte croissance de l’activité «Export» du groupe de 36% à 3,96 MMDH en 2022, ceci dans un contexte marqué par des pressions visibles sur l’offre mondiale. Il est noté auprès d’AGR qu’«avec un prix élevé du pétrole, une bonne partie de la production de la canne à sucre brésilienne est orientée vers des produits énergétiques de substitution à l’image de l’éthanol.

Ainsi, nous anticipons une croissance du chiffre d’affaires consolidé de 12,2% en 2022 avant de se consolider en 2023». La société de recherche s’attend aussi à une baisse de l’EBE consolidé de Cosumar de 6,1% à 1,736 MMDH, soit une marge de 17% en 2022. Cette baisse est justifiée principalement par l’envolée du cours moyen du charbon de 189% passant de 137 $/t en 2021 à 396 $/t en 2022.

En outre, «par mesure de prudence, nous retenons une légère baisse de l’EBE en 2023, (soit -1,2%) dans la mesure où le charbon poursuit sa tendance haussière avec un prix autour de 450 $/t actuellement. En effet, le charbon demeure le principal intrant au niveau de la structure des coûts variables de Cosumar», note Attijari Global Research dans son document. Une baisse du RNPG de 9,1% en 2022 à 693 MDH est aussi attendue par la société de recherche, qui explique que cette correction, relativement plus prononcée que celle de l’EBE, s’expliquerait en partie par le relèvement de la Contribution sociale de solidarité à 5% contre 3,5% initialement.

Par ailleurs, le RNPG du groupe afficherait une reprise de 7,8% en 2023 soutenu par la montée en puissance de la contribution de Durrah (+80 MDH) qui atteindrait sa vitesse de croisière en termes de production. Pour rappel, au terme du premier semestre 2022, Cosumar affiche une progression de son chiffre d’affaires consolidé de 16% à 5,076 MMDH portée principalement par l’activité Export. Celle-ci affiche une augmentation de 68%, passant de 1,272 MMDH au premier semestre 2021 à 2,137 MMDH au premier semestre de cette année. À l’origine de cette évolution, un double effet positif pix/Volume.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page