Éco-Business

PME: Une ligne de prêt de 25 millions d’euros

Ce prêt est notamment destiné aux PME marocaines faisant affaire avec des entreprises françaises./DR

La Chambre française de commerce et d’industrie du Maroc a réuni, ce jeudi 14 janvier, un groupe important d’entreprises marocaines intéressées notamment par la modernisation de leurs matériels. En partenariat avec la Caisse centrale de garantie, l’ambassade de France au Maroc s’engage à débloquer, pour des PME marocaines, cette ligne de prêt de 25 millions d’euros à des conditions avantageuses.

Produit de la coopération économique entre le Maroc et la France, cette ligne de prêt de 25 millions d’euros, dont 21 millions d’euros pour la dette et 4 millions pour l’accompagnement qui englobe étude et formation, a pour but de promouvoir les PME marocaines. Elle est destinée en particulier aux PME ayant des partenariats avec des entreprises françaises.


«L’idée est de promouvoir le financement des PME, à des conditions avantageuses. Le financement peut aller jusqu’à 2 millions d’euros à un taux de 2%», souligne Hicham Zanati Serghini, directeur général de la Caisse centrale de garantie (CCG). «Nous sommes sur des démarches qui sont très assouplies. C’est-à-dire, mise à part, la partie où on doit s’assurer que le bien est d’origine française, c’est en fait une procédure normale d’octroi de crédit», explique toujours le DG de la CCG.

En plus, la caisse apporte sa garantie sur la partie financée par la banque pour réduire le risque et permettre l’ouverture de l’apport du financement à l’entreprise.

De son côté, Marie-Cécile Tarieu, chef du service économique de l’ambassade de France au Maroc, a affirmé que le rôle du service économique de la représentation diplomatique française à Rabat est de vérifier «l’éligibilité des entreprises qui pourraient vouloir utiliser le financement mis à la disposition par la France. Nous avons vérifié, à la fois, l’éligibilité de l’entreprise marocaine et aussi l’éligibilité des produits, avec une part française de moins 70%».

Après cet examen, que les services de l’ambassade s’engagent à accomplir en une dizaine de jours, les dossiers seront retransmis à la Caisse centrale de garantie. Ensuite, il reviendra au circuit bancaire de débloquer le financement. Les montants de crédits vont de 3.000 à 2 millions d’euros.

S’il s’agit d’un secteur «prioritaire», comme l’agriculture ou l’agroalimentaire et que l’entreprise veut exporter vers l’Afrique, le prêt peut aller jusqu’à 3 millions d’euros.

Les conditions pour en bénéficier sont résumées en un nombre de points, à savoir, être une PME marocaine, avoir un chiffre d’affaires de moins de 25 millions de dirhams, avoir un contrat de biens ou de services avec une entreprise française.

Marie-Cécile Tarieu a assuré que cette ligne de prêt est complétée par une ligne de dons à hauteur de 19% du prêt qui sera accordé sous forme de formation, d’étude et d’accompagnement.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page