Éco-Business

Philip Morris Maroc : l’IQOS poursuit sa percée (VIDEO)

Plus de 120 emplois créés depuis le lancement de l’Iqos au Maroc, 27 points de vente répartis entre trois villes, et nombre de consommateurs de tabac conventionnel reconvertis à la consommation du tabac chauffé à risque réduit de Philip Morris. Le bilan d’un an de présence de l’Iqos au Maroc. 

Un tiers du chiffre d’affaires net consolidé (32%) de Philip Morris International (PMI) se fait à travers la commercialisation de l’Iqos, alternative à risque réduit de tabac chauffé. Lancé par l’industriel du tabac en 2014, ce produit alternatif fait tabac auprès des communautés de fumeurs dans les 73 pays dans lesquels il est commercialisé, et le Maroc en fait partie.

L’Iqos a, en effet, été lancé sur le marché local il y a de cela un an. Le management de Philip Morris Maroc (PMM) a ainsi profité de ce premier anniversaire pour présenter un bilan de ce nouveau mode technologique de consommation de tabac. Jalal Ibrahimi, directeur général de PMM déclare que «l’Iqos, en tant qu’alternative à risque réduit, reste un bien meilleur choix que de continuer à fumer».

Côté chiffres, le directeur général insiste sur le fait que dans le cadre de sa stratégie, PMM a opté pour une approche qui privilégie la qualité plutôt que la quantité. Donc, pas un mot sur le nombre de devices vendus à date sur le marché national, mais le management nous affirme que l’engouement est fortement présent auprès des consommateurs âgés de 35 à 45 ans. Toutefois, Ibrahimi affirme que «nous sommes déjà présents dans trois villes au Maroc (Casablanca, Rabat et Marrakech), avec 27 points de vente qui commercialisent exclusivement les appareils Iqos». Les consommables, quant à eux, sont disponibles partout à, travers le Royaume, chez les buralistes qui souhaitent les commercialiser afin de satisfaire la demande de leurs consommateurs. En matière de capital humain, PMM a pu créer plus de 120 emplois directs depuis le lancement de l’Iqos au Maroc.

La réduction des risques, une priorité
Les performances positives des produits à risque réduit sur le plan mondial du groupe PMI ne sont plus à prouver. Ibrahimi rappelle dans ce sens que «les produits sans combustion à risque réduit sont la vision fondatrice du groupe au niveau mondial. Le développement de ces produits a nécessité un investissement en recherche et développement, en sciences et en technologie de 10,5 milliards de dollars sur les huit dernières années». Représentant le tiers des performances du groupe dans le monde, il ambitionne d’atteindre une proportion de 50% d’ici 2025. PMI estime que 17,8 millions de fumeurs à travers le monde ont complètement arrêté l’usage de la cigarette et sont passés aux produits Iqos à risque réduit et sans combustion.

Pour un avenir sans fumée
PMI œuvre pour un avenir sans fumée. La multinationale ambitionne dans ce cadre de faire évoluer son portefeuille à long terme pour inclure des produits en dehors du secteur du tabac et de la nicotine. Son portefeuille actuel se compose principalement de cigarettes et de produits sans fumée, y compris des produits sans combustion, des produits à base de vapeur et des produits à base de nicotine par voie orale, qui sont vendus sur des marchés en dehors des États-Unis. Depuis 2008, PMI a investi plus de neuf milliards de dollars pour développer, étayer scientifiquement et commercialiser des produits sans fumée innovants pour les adultes qui continueraient autrement à fumer, dans le but de mettre complètement fin à la vente de cigarettes. Cela inclut la mise en place de capacités d’évaluation scientifique de classe mondiale, notamment dans les domaines de la toxicologie des systèmes précliniques, de la recherche clinique et comportementale, ainsi que des études post-commercialisation. Avec une base solide et une expertise significative dans les sciences de la vie, il est à rappeler qu’en février 2021, PMI a annoncé son ambition de s’étendre aux domaines du bien-être et des soins de santé et de fournir des produits et des solutions innovants visant à répondre aux besoins non satisfaits des consommateurs et des patients.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Visas Schengen: rien ne va plus entre le Maroc et la France



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters



Bouton retour en haut de la page