Éco-Business

ONCF : un nouveau contrat programme sur les rails

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a affiché une bonne résilience face aux effets de la crise sanitaire. Le bras ferroviaire de l’État annonce une nouvelle feuille de route pour la période 2021-2026. Détails.

L’Office national des chemins de fer (ONCF) a tenu, récemment, son Conseil d’administration, sous la présidence du ministre de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, Abdelkader Amara. Cette session a été consacrée, outre l’approbation de l’arrêté des comptes 2020, à la présentation du projet de Contrat-programme État-ONCF, pour la période 2021-2026, et à la présentation du projet de contribution au développement d’un écosystème industriel ferroviaire national.


Un contrat programme en cours
Dans le cadre de la tenue de ce Conseil d’administration, Rabie Khlie, directeur général de l’ONCF, a présenté plus de détails sur le projet du Contrat-programme État-ONCF pour la période 2021-2026. Il a rappelé qu’il s’agit «d’un contrat qui acte les principes structurants de la réforme ferroviaire, tels que définis dans le Protocole d’accord État-ONCF, signé en juillet 2019». Ce projet reflète, dans sa globalité, «l’engagement ferme des deux parties pour la mise en place d’un nouveau modèle économique, à même de pérenniser les performances réalisées par l’ONCF», ajoute le patron de l’Office. Le nouveau Contrat-programme vise, également, à assurer le développement du réseau ferroviaire marocain dans un cadre optimal, notamment en termes de financement et de synergies avec d’autres entreprises et établissements publics. Par ailleurs, Rabie Khlie a réaffirmé la volonté de l’Office, en étroite collaboration avec les différentes parties prenantes, d’assurer l’émergence d’un écosystème ferroviaire national à forte composante technologique, intégré autour d’opérateurs publics et privés structurants, créateur de valeur économique et sociale, compétitif et exportable. «Cette ambition de création d’un écosystème ferroviaire fera l’objet d’une convention à conclure, prochainement, avec les pouvoirs publics», a-t-il déclaré lors du Conseil d’administration.

Résilience en 2020
La réunion a été, également, l’occasion de revenir sur les performances financières de l’ONCF pour l’année 2020 et le premier semestre de l’année en cours. En effet, les activités de l’Office avaient entamé l’année 2020 sur un trend haussier, de croissance à deux chiffres. Sur la période du 1er Janvier au 15 mars 2020, le chiffre d’affaires de l’activité Voyageurs a connu une importante progression de +29%, comparée à la même période de 2019, avant de subir, de plein fouet, l’impact de la pandémie. Sur l’ensemble de l’année 2020, le trafic global s’est établi à 21,1 millions de voyageurs, avec un chiffre d’affaire de 803 MDH, en baisse de 52% par rapport à l’année précédente. Le taux de régularité des trains voyageurs, tous types confondus, s’est établi à 95%, en amélioration de trois points par rapport à 2019. L’activité fret et logistique a démontré, quant à elle, une bonne résilience grâce à une organisation rigoureuse et adaptée au contexte de la pandémie.

Dans ce cadre, «tous les moyens humains et matériels ont été mobilisés, dans le respect strict des normes sanitaires, pour assurer l’acheminement et l’approvisionnement des produits de première nécessité vers les différentes régions du royaume», note le DG de l’Office. C’est ainsi que plus de 24,5 millions de tonnes de marchandises ont été transportées durant l’année 2020, générant un chiffre d’affaire de 1,8 MMDH contre 1,79 MMDH en 2019. De ce fait, en s’appuyant sur la résilience des activités fret et logistique, et malgré le recul du trafic Voyageurs, le transporteur ferroviaire a pu enregistrer un chiffre d’affaire global de 2,8 MMDH, avec une baisse limitée à 25% en 2020, et déployé un plan volontariste d’optimisation de ses charges. En 2020, le total des charges d’exploitation s’est établi à 2,7 MMDH, en baisse de 12% par rapport à 2019. En terme d’investissement, l’ONCF a réalisé 1,8 MMDH en 2020, contre 2,2 MMDH en 2019, en se limitant à l’achèvement des opérations en cours et aux stricts projets de maintien de la sécurité et de la qualité de service.

Reprise au premier semestre 2021
Par ailleurs, Rabie Khlie a tenu à rappeler, qu’indépendamment des éléments conjoncturels, «le transport ferroviaire national est voué à un bel avenir». Les réalisations, enregistrées au premier semestre 2020, démontrent, une nouvelle fois, la forte résilience de l’Office, actant ainsi une reprise déjà bien amorcée. A fin juin 2021, l’ONCF a réalisé un chiffre d’affaire de 1,6 MMDH, soit déjà plus de 91% du niveau d’activité de celui relatif à la même période en 2019. Le niveau d’EBITDA est même en amélioration à 400 MDH, contre 332 M DH au 1er semestre 2019. «L’ONCF démontre ainsi son fort engagement sur la voie de la performance, au service d’une mobilité durable, inclusive et innovante», renchérit le DG de l’ONCF.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page