Éco-Business

OCP : résultats stables malgré la crise

Évoluant dans un contexte marqué par la crise sanitaire et des conditions de marché peu favorables, le groupe OCP a réussi à maintenir son chiffre d’affaires et son EBITDA stables par rapport à la même période de l’année précédente. Pour ce faire, l’industriel a pu capitaliser sur sa forte présence à l’international, son agilité commerciale ainsi que sa flexibilité industrielle.

Premier semestre satisfaisant pour le groupe OCP qui a réussi à enregistrer des résultats opérationnels supérieurs à la moyenne du secteur, et ce, en dépit du contexte de pandémie actuel. Les revenus du groupe sont restés stables par rapport à la même période de l’année précédente, grâce à une hausse significative des volumes d’exportation d’engrais, compensant largement la baisse des prix. Les cours des engrais phosphatés DAP ont en effet connu une baisse de 22% par rapport à la même période de l’année précédente, bien qu’ils aient enregistré une légère reprise par rapport aux niveaux de fin d’année 2019. Pourtant, le chiffre d’affaires s’est établi à 27,4 MMDH à fin juin 2020, contre 27,58 MMDH à fin juin 2019.

«OCP a affiché une performance solide au premier semestre 2020, soutenue par ses avantages compétitifs qui lui ont permis de faire face à des conditions de marché moins favorables par rapport au premier semestre 2019, le tout dans un contexte de pandémie qui a posé de réels défis opérationnels que le groupe a su relever», affirme Mostafa Terrab, PDG de l’OCP.

L’industriel a d’ailleurs pu capitaliser sur sa forte présence à l’international et sa flexibilité industrielle. La situation de prix défavorable a ainsi été compensée par une hausse des importations mondiales, accompagnée d’un recul des exportations chinoises, résultat de la baisse de la production de MAP/DAP en raison des mesures de confinement mises en place. Présent sur les cinq continents, le groupe a tenu à adapter son portefeuille de produits à la demande de chaque région et profiter au mieux des opportunités du marché. Ses exportations d’engrais se sont appréciées de près de 1,6 million de tonnes par rapport à la même période de l’année passée, principalement dirigés vers l’Amérique latine, l’Europe et l’Inde. Une agilité commerciale qui a, entre autres, permis au groupe d’atteindre de bons niveaux de rentabilité. L’EBITDA s’est établi à 8,49 MMDH à fin juin 2020, contre 8,48 MMDH à fin juin 2019. La marge d’EBITDA s’est, quant à elle, maintenue à 31%, bénéficiant à la fois d’une baisse des coûts de production ainsi que des coûts du soufre et de l’ammoniac, principalement sur le deuxième trimestre. Seul le résultat net consolidé part du groupe s’est inscrit en baisse. Le groupe est déficitaire de 600 MDH en raison de la charge non récurrente de 3 MMDH, relative à la contribution du groupe au Fonds spécial Covid-19. Sans cette contribution, l’industriel aurait dégagé un bénéfice de 1,7 MMDH. Cela étant, le top management reste confiant quant aux réalisations futures du groupe. La solide performance de l’OCP au premier semestre permet «d’entrevoir une année 2020 sous le signe de la reprise, tel que démontré sur les deux premiers mois du troisième trimestre». Des programmes d’investissement destinés à renforcer son avantage compétitif en matière de coûts et de produits sont actuellement déployés. À noter que les dépenses d’investissement, au cours du premier semestre 2020, ont atteint 5,08 MMDH. «OCP a ouvert plusieurs chantiers de pilotage de ses performances en vue de limiter les effets négatifs générés par la pandémie.

L’impact de ces mesures, qui se poursuivront post-pandémie, sera visible dès les résultats de l’année 2020», a déclaré Terrab. Globalement, le groupe devrait profiter de la bonne tenue du marché des engrais au second semestre 2020, reflétant les conditions d’équilibre entre l’offre et la demande. «Nous prévoyons une demande accrue en Inde – après une bonne saison de mousson – et au Brésil, qui connaît de fortes exportations de soja», estime le top management. La demande provenant de ces régions devrait compenser le ralentissement de la demande en Europe occidentale, où les conditions économiques des agriculteurs ont récemment été moins favorables. De son côté, la demande intérieure en Chine devrait entraîner une réduction de leurs exportations et les coûts des intrants devraient être stables.

Écosystème solidaire face à la crise

Durant cette crise, le groupe a renforcé sa mobilisation pour le respect de ses engagements envers ses fournisseurs, en vue de limiter son impact économique sur l’écosystème. Un ensemble de mesures et de procédures, s’appuyant notamment sur la digitalisation des processus de paiement des fournisseurs ont été mises en place permettant d’honorer les obligations de paiement sans discontinuité et de garantir le même rythme de traitement qu’à l’accoutumée, malgré les contraintes logistiques imposées par la situation actuelle. Dans ce contexte, une attention toute particulière a été accordée aux PME, TPME et coopératives impactées par la Covid-19 et, pour lesquelles, OCP a mis en place des mesures d’accompagnement, notamment à travers l’inclusion digitale.

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page