Éco-Business

Objectif atteint pour Salafin

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La société de financement avait annoncé, lors de la présentation des résultats annuels de 2015, sa volonté d’augmenter sa part de marché tout en maîtrisant son coût du risque. Une ambition qui semble réalisée en ce premier semestre de 2016.


La société de financement filiale de BMCE Bank of Africa semble concrétiser ses challenges. Salafin, qui avait annoncé comme perspective l’amélioration de ses parts de marché sans pour autant déprécier la qualité du portefeuille clients, a pu réaliser son ambition à l’issue du premier semestre de cette année. La société de financement a ainsi fait progresser de 2,1% son encours de crédits à 2,3 MMDH et a réduit son coût du risque de 12,3% à 22 MDH. En effet, sur le plan opérationnel, les encours moyens de crédit de Salafin gagnent 2,1% à fin juin 2016 pour atteindre 2,3 MMDH. Ils sont tirés essentiellement par la croissance des encours moyens des opérations de crédit de 7%, alors que les opérations de la LOA sont en repli de 4,9%.

Parallèlement, «l’amélioration de la qualité du portefeuille clients conjuguée aux efforts de recouvrement ont permis de réduire de manière substantielle les dotations nettes aux provisions au titre du premier semestre 2016 à 22 MDH, en baisse de 12,3% sur une année», souligne la société de financement. Pour ce qui est des agrégats financiers, Salafin affiche à fin juin 2016 un produit net bancaire (PNB) en progression de 5,5% à 181 MDH, tiré principalement par la marge d’intérêts qui est en hausse de 12,5% et de la marge sur commissions, en progression de 8,9%. En revanche, la marge sur location avec option d’achat (LOA) a marqué une baisse de 2,9%. L’amélioration du PNB tient également compte de l’amélioration du coût de refinancement qui baisse de 9,6%.

Par ailleurs, les charges générales d’exploitation au titre du premier semestre totalisent 54 MDH, en hausse de 5,9% par rapport à la même période de l’exercice précédent. Le coefficient d’exploitation présente un ratio stable à 29,8%, «l’un des plus bas du secteur», d’après la société de financement. En conséquence, le résultat brut d’exploitation se chiffre à 131 MDH en hausse de 7,2% comparé à une année plus tôt. In fine, le résultat net ressort à 68 MDH, en amélioration de 14%. La rentabilité financière s’inscrit ainsi en amélioration permettant de réaliser un ROE de 22,6%. Les fonds propres se fixent à 607 MDH et le ratio de solvabilité s’établit à 20,5%. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page