Éco-Business

Nouveau pôle urbain d’Agadir : le plan d’aménagement homologué

Étendu sur 1176 ha, le plan d’aménagement du nouveau pôle urbain d’Agadir et son règlement ont été homologués par décret n°7072 du 10 mars 2022. Ce nouveau pôle est décliné en trois pôles : santé-formation, sport et une zone d’urbanisation différée. 

Après l’homologation des plans d’aménagement du Centre d’Imesouane Plage, en plus d’une partie de la commune de Drarga et le plan sectoriel de la zone nord de l’aéroport militaire relevant de la commune de Dcheira El Jihadia, c’est au tour du plan d’aménagement du nouveau pôle urbain d’Agadir de franchir l’étape d’homologation.

Selon l’Agence urbaine d’Agadir (AUA) qui continue d’accompagner le développement urbanistique de son ressort territorial, à travers la mise en œuvre des documents d’urbanisme, le processus de préparation du plan d’aménagement du nouveau pôle urbain d’Agadir a été couronné par son homologation par décret n° 2-22-15 du 23 février 2022.

Valant déclaration d’utilité publique, l’homologation a été publiée au Bulletin officiel n°7072 du 10 mars 2022, y compris le règlement pour l’aménagement du pôle urbain, de santé et du sport à la commune urbaine d’Agadir. S’inscrivant dans les orientations du Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Agadir, en attente d’homologation, ce nouveau pôle s’étend sur une superficie globale d’environ 1.176 ha. Il couvre toute la zone jouxtant le Grand stade d’Agadir.

L’aire d’aménagement du nouveau pôle urbain revêt un positionnement stratégique au sein de l’armature urbaine d’Agadir. D’une part, cette zone constitue une réserve foncière pour répondre aux enjeux de développement et aux besoins de la ville en matière d’équipements et d’infrastructures.

D’autre part, elle englobe déjà des infrastructures structurantes telles que le Grand stade d’Agadir, le Centre hospitalier universitaire en cours de finalisation et des écoles supérieures, telles que la Faculté de médecine et de pharmacie, l’École nationale des sciences appliquées (ENSA). A cela s’ajoutent des projets relevant du secteur privé.

L’aire d’aménagement répartie en trois pôles
Conçu sur la base d’une mixité fonctionnelle favorisant la multipolarité, le nouveau pôle urbain d’Agadir est décliné en trois pôles. Il s’agit du pôle sport, d’environ 420 hectares autour du Grand stade, un pôle santé-formation, de 340 ha aux alentours du CHU, et une zone d’urbanisation différée sur une superficie de 400 ha.

Selon l’Agence urbaine, le plan d’aménagement du nouveau pôle urbain de la ville vise à développer une zone urbaine de dernière génération accompagnant la dynamique d’investissement au sein de la région à travers la projection des secteurs pouvant accueillir de nouvelles activités en adéquation avec les vocations actuelles de la ville, mais aussi permettre de rattraper le déficit en matière d’équipements dédiés aux projets publics et privés dans les domaines de sport, santé, formation, et la recherche universitaire.

Il va sans dire que le plan d’aménagement du nouveau pôle urbain a été soumis, du 21 juin au 23 juillet 2021, au sein de la commune urbaine d’Agadir, à la procédure de l’enquête publique, par l’AUA après sa validation de la part du comité technique local et le conseil communal d’Agadir dans le cadre de sa session extraordinaire du 29 juillet 2021.

Pour rappel, ce plan d’aménagement constitue une déclinaison des options du Master Plan concerté de la Cité de la santé, du sport, et de l’urbanité précédemment établi par les services de l’Agence urbaine. Outre l’homologation du Plan d’aménagement du Centre d’Imesouane plage, à travers le décret n°2.21.899 publié au Bulletin officiel n°7049 du 20 décembre 2021, les autres plans homologués sont celui de la zone nord de l’aéroport militaire et Sidi Fares El Marsse relevant de la collectivité territoriale de Dcheira El Jihadia.

Nord de l’aéroport militaire : le PA sectoriel homologué
Cette zone, qui couvre une superficie de 245 ha, relie les deux préfectures d’Agadir-Ida Outanane et Inzegane-Aït Melloul. Elle accueille des projets de lotissements résidentiels. De ce fait, elle revêt un caractère particulier en raison de son emplacement stratégique, aussi bien au niveau de la collectivité territoriale de Dcheira El Jihadia qu’à l’intérieur de la cité du Grand Agadir.

Ainsi, pour assurer la fonction de liaison entre les deux préfectures précitées, le plan a recommandé de programmer la réalisation de voies structurantes est-ouest, à l’image de la route DC26, en cours d’exécution, laquelle permettra de réduire la pression sur les autres artères. Le marché de cette route a été adjugé à la société Al Omrane Souss-Massa en tant que maître d’ouvrage.

Réalisée dans le cadre de la politique de la ville de Dcheira El Jihadia, relevant de la préfecture d’Inezgane-Ait Melloul, cette nouvelle voie permettra de décongestionner le trafic sur la route nationale n°10 entre Agadir et Inzegane. Cette voie a nécessité 12,37 MDH.

Le projet prévoit aussi de programmer un parc urbain, comme nouvel espace de loisirs pour la population, d’une part, et, comme moyen de préserver et valoriser les composantes de l’aéroport militaire, d’autre part. Parmi ces documents homologués figure aussi celui d’une partie de la commune territoriale de Drarga, qui absorbe l’extension future de l’agglomération urbaine du Grand Agadir.

L’importance de ce programme, de 4170 ha, réside dans les grands projets économiques et industriels qu’il intègre et projette, notamment dans le cadre de la déclinaison régionale du PAI. Il s’agit de la zone d’accélération industrielle Souss-Massa, le parc industriel intégré d’Agadir, en plus du Parc Haliopolis et l’Agropole Souss-Massa, ainsi que la Cité des métiers et des compétences en cours de réalisation.

Outre les projets à vacation économique, cette étude a inclu aussi la restructuration des quartiers situés dans la plaine de Drarga sur une superficie de 192 ha, notamment le centre de Drarga, Tagadirt Naabadou, Dar Boubker, Tadouart, Tamarait et Ait Baha.

D’autres programmes similaires ont été réalisés par l’Agence urbaine d’Agadir, notamment le plan d’aménagement sectoriel et de sauvegarde du Centre urbain et secteur touristique et balnéaire de la ville d’Agadir, ainsi que le Plan d’aménagement sectoriel du Pôle urbain Hay Mohammadi et bien d’autres.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO

Change : l’économie marocaine lourdement impactée par la hausse du dollar



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page