Éco-Business

Moncef Belkhayat : “Nous cherchons à acquérir des marques dans le secteur du Food”

Moncef Belkhayat.
PDG de Dislog Group

Comment contextualiser la sortie du fond d’investissement SPE AIF I avec la perspective de l’entrée en bourse annoncée il y a quelques mois par le groupe Dislog ?
C’est une nouvelle page qui s’ouvre au sein du groupe. Il ne faut pas oublier que SPE AIF I est le cinquième fond d’investissement à croire en notre groupe. Dislog s’est développé grâce à une stratégie d’entrées de fonds successives. Avec cette opération, nous avons repris le contrôle à 100% de la holding familiale, qui restera privée. Nous nous préparons donc pour une introduction en bourse, au niveau de la holding intermédiaire Dislog Industries, regroupant plusieurs sites industriels, et qui sera donc l’entité concernée par l’IPO.


La sortie d’un fond d’investissement du capital d’une entreprise traduit l’arrivée à maturité de cette dernière. Que pouvez-vous nous en dire par rapport à Dislog ?
Il y a deux ans, et suite à son entrée dans le capital de Dislog, le fond d’investissement SPE AIF I avait injecté un montant de 240 MDH. Grâce à cet investissement, nous avons négocié le virage stratégique vers l’industrie. Les objectifs de cette stratégie ont été atteints plutôt que prévu. D’ailleurs, le fonds d’investissement est sorti avec un TRI de 26%. Un taux très satisfaisant pour le fonds, qui enregistre une bonne performance. Et pour nous aussi, puisque nous récupérons la destinée et le contrôle du groupe.

Nous avons en avons par ailleurs profité, pour faire monter le management dans l’actionnariat. Ceci ouvre un nouveau cap devant le groupe Dislog, qui nous permet de pouvoir déployer nos priorités pour le Cap 2025. Justement, l’objectif est de consolider nos acquis au niveau de trois segments : le pôle «Industrie» à travers une IPO, le pôle « foncière logistique » avec une stratégie de création de valeur soit à travers un OPCI soit une IPO et, enfin, le pôle «distribution », étant le pôle historique qui sera lui aussi préparé pour une ouverture de capital avec un fonds d’investissement d’envergure.

Quelles étaient les appréciations de SPE AIF I après ces deux années ?
Le management du fonds d’investissement est satisfait quant aux performances réalisées, notamment dans des délais courts, comme expliqué auparavant. Je note par ailleurs, qu’à ma demande, Nabil Triki, président de SPE Capital, restera au sein du groupe comme administrateur indépendant. J’estime qu’étant donnée son expertise, il apportera de la vraie valeur ajoutée au développement du groupe.

Enfin, je suis pratiquement certain que les chemins de notre groupe et celui SPE Capital vont se recroiser dans les prochaines années, puisque nous allons continuer à ouvrir notre capital dans Dislog Industries et Foncière Logistique. Ainsi, nous allons continuer à lever des fonds, car les stratégies de levées de fonds avec des fonds d’investissement de renom nous ont plutôt réussi. Pourquoi, donc, changer une équipe qui gagne ?

Quelle est la prochaine étape ?
Une nouvelle levée de fonds ! D’ailleurs, nous annoncerons plus de détails à ce sujet, dans les quatre semaines à venir, une fois que nous obtiendrons les autorisations réglementaires nécessaires auprès du Conseil de la concurrence.

Quels sont les leviers sur lesquels le groupe entend se concentrer prochainement ?
La première étape est de nous concentrer sur le pôle industriel. Nous cherchons à acquérir des marques dans le secteur du Food. Nous allons donc mandater plusieurs banques d’affaires pour étudier les opportunités qui se présentent dans ce sens. La seconde priorité est de lancer nos opérations en Tunisie, dans le cadre du volet industriel. D’ailleurs, j’annonce que notre filiale Dislog Industrie Tunisie a été créée et est en train d’asseoir sa stratégie de développement industriel dans le pays, pour laquelle nous prévoyons un investissement de 15 millions d’euros.

Enfin, la troisième priorité est de faire de Bulding Logistics, qui est la foncière du groupe, un instrument financier capable d’opérer une levée de fonds supplémentaire pour continuer notre développement. Sur les 12 prochains mois, entre Dislog industries, Foncière Logistique et Dislog Distribution, nous comptons lever à peu près 100 millions de dollars, dans le but d’investir au Maroc dans les activités industrielles Food et grandir encore plus vite.

À terme, comment Moncef Belkhayat voit-il Dislog ?
Je vois Dislog comme un groupe coté en bourse avec une gestion aux meilleurs standards de gouvernance, ayant une responsabilité sociétale d’entreprise très engagée au Maroc à travers la Fondation Dislog. Un groupe, également, engagé pour servir les intérêts de ses collaborateurs, ses clients et ses employés, de manière équilibrée, pour faire un fleuron d’une startup qui a réussi en moins de 20 ans, dans l’environnement économique marocain. Ce qui prouve que quand il y a du travail, peu de temps suffit pour réussir ! 

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page