Éco-Business

Métiers mondiaux au Maroc : la masterclass de Ryad Mezzour

Les entreprises opérant dans les chaînes de valeur mondiales au Maroc sont confrontées à un manque de financement et à une concurrence déloyale. Le Maroc fait partie cependant des pays les plus compétitifs.

Il est extrêmement important de consolider les acquis dans les métiers mondiaux industriels tout en veillant à ce qu’ils deviennent pérennes, a souligné, mardi à Rabat, le ministre de l’Industrie et du commerce, Ryad Mezzour. Ce dernier, qui intervenait lors de la deuxième édition du roadshow «Les Régionales de l’investissement», note qu’en dépit de la concurrence rude et accrue, le Maroc fait partie des pays les plus compétitifs, avec des encouragements proposés à l’investissement nettement inférieurs à ceux proposés par les pays développés.


Dans le même ordre d’idées, le ministre a souligné que la grande résilience et réactivité industrielle du Royaume durant la pandémie a démontré l’existence d’un grand potentiel à même d’être exploité dans l’avenir, soulignant à cet effet, la nécessité de garder ce dynamisme ainsi que cet esprit inventif et entrepreneurial qui a été découvert et redécouvert chez les Marocains, outre cette capacité technique et commerciale à répondre à tous les besoins.

Évoquant la souveraineté industrielle, Mezzour a noté que cette problématique est en parfaite ligne avec les orientations du Roi Mohammed VI relatives au renforcement de la souveraineté industrielle du pays, aux côtés des souverainetés alimentaire et sanitaire, tout aussi nécessaires au développement de l’économie du pays. Par ailleurs, le ministre a passé en revue les chantiers prioritaires, à savoir la création d’emplois et la consolidation de la souveraineté nationale sous ses différents aspects.

Dans une récente étude, l’Institut de relations internationales et stratégiques y dévoilait les tendances lourdes, intéressant les métiers du monde au Maroc, notant un manque de financement, une absence d’attractivité, une concurrence déloyale, entre autres maux.

L’étude révélait, par ailleurs, que les entreprises opérant dans les chaînes de valeur mondiales sont pourvoyeuses d’emplois et que la qualité de la main-d’œuvre y est meilleure, avec des gains de productivité plus élevés.

Autres enseignements, les métiers mondiaux au Maroc sont source d’emplois pour les femmes et les jeunes et d’amélioration des infrastructures, de l’accès au financement bancaire et de création de centres de formation. Ils sont également impulsés par le degré de compétitivité et la capacité à absorber les transferts de technologies ainsi que les exportations à forte valeur ajoutée.

À citer aussi leurs retombées en matière de recherche & développement, permettant de suivre les évolutions technologiques avec des effets d’entraînement sur les autres secteurs nationaux.

Khadim Mbaye / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page