Éco-Business

MAROC-USA : L’ALE fait tripler les exportations US en dix ans

Les exportations américaines à destination du Maroc ont triplé en dix ans à la faveur de la signature de l’Accord de libre-échange (ALE) entre les deux pays. Selon le département américain du commerce, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont inscrits, depuis 2006, dans une dynamique soutenue.


Dans l’histoire des échanges commerciaux entre le Maroc et les USA, il y a un avant et un après Accord de libre-échange (ALE). C’est en tout cas ce qui ressort d’une étude du département d’État en charge du commerce international (ITA) sur la dynamique des échanges commerciaux entre les deux pays.

Selon le document, les exportations des produits US à destination du Maroc ont triplé au cours des dix dernières années à la faveur de la signature de l’ALE entre les deux pays, laquelle est entrée en vigueur en 2006. Dix ans après, l’évolution des chiffres montre que les produits américains ont bien profité de ce partenariat. Selon les chiffres de l’ITA, les exportations américaines, qui n’étaient que de 482 millions $ entre 2003 à 2005, ont bondi à 2,1 milliards $ entre 2013 et 2015, ce qui correspond à une hausse de 328%.

Les importations marocaines en provenance des États-Unis sont principalement constituées de produits pétroliers, de pièces destinées à l’industrie automobile ou aéronautique ainsi que de produits alimentaires. Les exportations marocaines, de leur côté, comprennent des engrais, des machines électriques ainsi que des fruits et légumes, en plus d’autres produits.

Le Texas, premier exportateur au Maroc
Les chiffres du département d’État américain au commerce se focalisent plus sur la valeur des échanges pour le pays de l’Oncle Sam, mais donnent des détails sur la provenance en fonction des États, sur la période 2012-2015, des principaux fournisseurs du Maroc. C’est le Texas, avec des exportations d’une valeur de 510 millions de dollars en 2015, qui arrive en tête du classement.

Il est suivi respectivement par la Louisiane, la Virginie, le district de Washington et la Californie. En commentant la dynamique de ces échanges avec le Maroc, l’ancien ambassadeur américain au Maroc, Edward Gabriel, a déclaré à l’agence privée d’informations économiques, Marketwired, que «le Maroc a tout fait pour renforcer et diversifier son économie». Sur la même lancée, l’ancien diplomate a estimé que «choisir le Maroc comme premier bénéficiaire de l’ALE des États-Unis en Afrique était une initiative intelligente, et je crois que les États-Unis devraient continuer à bénéficier de cette relation forte pour les années à venir».

De quoi envisager un maintien de cette tendance à la hausse des échanges commerciaux entre les deux pays, surtout que les Américains envisagent désormais d’investir dans d’autres créneaux comme le secteur des énergies renouvelables. C’est en ce sens d’ailleurs que travaille le Maroc qui joue sur la dynamique de son économie ainsi que son ouverture vers le marché africain; un argument de nature à séduire, selon le Moroccan American Center For Policy (MACP), un think tank maroco-US basé aux États-Unis et qui œuvre à la promotion de l’image du royaume en terre américaine. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page