Éco-Business

Maroc-Afrique : les échanges en hausse depuis 2009

Les échanges commerciaux entre le Maroc et le reste de l’Afrique ont enregistré une croissance annuelle moyenne de 6,1% entre 2009 et 2019. La progression des exportations a été plus importante que celle des importations.

Les échanges entre le Maroc et les autres pays du continent se portent bien. Le 66e numéro de revue Al Maliya, du ministère de l’Économie, des finances et de la réforme de l’administration, qui paraît tous les quatre mois, le confirme. Les transactions commerciales entre le Maroc et le reste de l’Afrique ont connu une hausse de 6,1% pour la période 2009-2019. S’appuyant sur les données de l’Office des changes, le document souligne que la part de ces échanges par rapport au volume global des échanges commerciaux du Maroc se situe à 5,1% en 2019. Selon la même source, les échanges ont été marqués, au cours de cette période, par un changement structurel dès 2015, année à partir de laquelle le solde commercial du Maroc devient excédentaire. Ce résultat est dû à une progression des exportations plus importante que celle des importations.


Ainsi, les ventes de marchandises à destination de l’Afrique ont presque triplé durant les dix dernières années pour s’établir à 21,6 MMDH en 2019, alors que les importations se sont chiffrées à 17,9MMDH contre 13,7 MMDH en 2009. Quant au solde commercial de ces échanges, il a enregistré un excédent en faveur du Maroc, se situant à 3,7 MMDH en 2019 contre un déficit de 5,5 MMDH constaté en 2009, note-t-on dans le document. Le taux de couverture s’est aussi amélioré de 60,6 points à 120,8% en 2019, atteignant son niveau le plus haut en 2017 avec 145,6%. La revue indique aussi que les exportations marocaines à destination de l’Afrique ont enregistré un taux d’accroissement annuel moyen de 10% au cours de la dernière décennie. Ces ventes sont caractérisées par une diversification des marchés de destination et des produits exportés. En outre, l’analyse des principaux clients du Maroc dans le continent africain laisse apparaître une diversification des marchés de destination des exportations marocaines. «En 2019, le Djibouti et le Sénégal sont les premiers clients du royaume dans le continent africain avec une valeur de 2,1 MMDH chacun suivis par la Mauritanie (1,9 MMDH), la Côte d’Ivoire (1,8 MMDH) et l’Algérie (1,5 MMDH)», selon les données d’Al Maliya. En 2019, les exportations marocaines à destination de ces pays ont représenté 43,5% du volume global des exportations du Maroc à destination de l’Afrique.

Dans le détail, les exportations du Maroc vers l’Afrique, par secteur, ne se limitent pas aux produits alimentaires, indique la revue qui note que d’autres produits constituent l’offre exportatrice nationale, notamment les ventes de produits de l’industrie chimique (en hausse à 30,1% du total des exportations en 2019) et celles de l’agriculture, sylviculture, chasse (en hausse à 3,2%), au détriment des exportations des produits de l’industrie alimentaire (en baisse à 25,1%), de l’industrie automobile (en baisse à 4,1%) et de la métallurgie (en baisse à 2,1%). Concernant les importations, celles-ci ont enregistré un taux d’accroissement annuel moyen de 2,7% entre 2009 et 2019. Aussi, l’Égypte est le premier fournisseur du Maroc au niveau continental avec 36,2% du total des importations en provenance d’Afrique, suivie de l’Algérie avec 27,6% et de la Tunisie avec 13,2%. Ces trois pays rassemblent à eux seuls 77% du total.

Par secteur, la structure des importations en provenance de l’Afrique en 2019 est de plus en plus diversifiée. «Plusieurs secteurs ont commencé à prendre du poids tels que la fabrication d’autres produits minéraux non métalliques (4,5% en 2019 contre seulement 2% en 2009). Les importations des extractions de houille, de lignite, de tourbe ont reculé à 16,2% en 2019 et du raffinage de pétrole et autres produits d’énergie à 22,4%», note la revue. Par ailleurs, rappelons que les échanges commerciaux entre le Maroc et le reste de l’Afrique connaissent une croissance remarquable ces dernières années. Ils ont enregistré une hausse moyenne de 5% entre 2007 et 2017. Ils ont atteint ont atteint 11,7 MMDH en 2010 contre 3,6 MMDH en 2000, soit trois fois plus en une décennie.

Mariama Ndoye / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page