Éco-Business

Laagrima racheté par SGS

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco
Pour 2016, Laagrima annonce un chiffre d’affaires de 8 millions de DH.

Le spécialiste suisse de l’inspection et de la certification a acquis le marocain Laagrima. Le leader genevois entend étoffer son offre sur le volet agroalimentaire.

Le secteur de la certification et de l’inspection change à nouveau de configuration. Cette fois-ci, c’est le marocain Laagrima qui a été racheté par SGS, leader suisse et mondial du secteur, et certificateur de référence actif dans plusieurs domaines d’activité. Son CEO, Frankie Ng, a annoncé à cette occasion que «cette acquisition est un complément idéal à notre offre de services pour le marché marocain de l’agroalimentaire et développe notre réseau existant». En effet, Laagrima, basé à Casablanca, a été fondé en 2002 pour se consacrer aux analyses ainsi qu’aux activités liées à la certification dans les secteurs agroalimentaire et touristique. Son rachat par SGS sonne comme une évolution naturelle du processus d’évolution de la société marocaine, qui a réussi, au bout de 14 années d’existence, à s’imposer comme l’un des certificateurs incontournables au niveau national.


Aussi, Laagrima a dégagé en 2016 un chiffre d’affaires de 8 MDH, résultat de la gestion experte dont a fait preuve le PDG de la société, Saïd Benchekroun, qui fait figure d’autorité reconnue et appréciée dans le domaine. D’ailleurs, SGS lui aurait demandé de rester aux commandes du certificateur marocain qu’il a fondé pour quelques mois encore. Par conséquent, il est légitime d’avancer que cette décision est motivée par le souhait de faciliter la transition managériale.

Il va sans dire que Laagrima, en intégrant un géant de cette envergure, étoffe davantage la palette de compétences de ce dernier, déjà fort de 85.000 employés et exploitant 1.900 bureaux et laboratoires à travers le monde, chose qui explique sa décision de renforcer son offre au Maroc. Rappelons que SGS se spécialise dans l’inspection, la vérification (quantité, poids et qualité des biens échangés), l’analyse de la qualité des produits et les tests de performance selon des normes qui visent à protéger la santé et la sécurité des consommateurs ainsi que l’environnement. Les secteurs couverts vont de l’agriculture et l’agroalimentaire à l’énergie, en passant par l’automobile, les biens de consommation et de distribution, les processus industriels, les sciences de la vie, les mines, le pétrole & gaz et les administrations publiques.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page