Éco-Business

L’ONEE a besoin d’un 2e contrat-programme

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Lors de la réunion du Comité de pilotage du contrat-programme État-ONEE pour la période 2014-2017, le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, a insisté sur la préparation d’une deuxième feuille de route pour l’office.


Un deuxième contrat-programme est à élaborer pour la poursuite de la dynamique de réforme de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) et la mise en place d’un plan d’investissement stratégique clair. C’est l’appel lancé, mercredi dernier à Rabat, par le chef de gouvernement, Saâd-Eddine El Othmani, lors de la réunion du Comité de pilotage du contrat-programme État-ONEE pour la période 2014-2017.  Les retombées positives de cette feuille de route sur l’image et la situation financière de l’office justifient cette décision. En effet, l’ONEE est parvenu à regagner la confiance des bailleurs de fonds nationaux et internationaux. Ainsi, il a réussi à conclure de grands contrats d’investissement, notamment la Centrale thermique de Safi, qui couvrira 25% de la demande nationale en électricité à l’horizon 2018, ainsi que le projet de création d’une station de dessalement de l’eau de mer à Agadir qui approvisionnera en eau potable les populations de la ville et des zones avoisinantes, outre sa contribution au renforcement du rôle stratégique de l’office dans l’accompagnement du développement socio-économique du pays, ainsi que le besoin grandissant résultant de la mise en œuvre des différents chantiers et stratégies sectoriels.

L’État honore ses engagements
Sur le plan financier, l’office a réussi à épargner un montant de 3 MMDH au titre de la période 2014-2016, à améliorer le résultat net qui est passé d’un déficit de 2,8 MMDH fin 2013 à un bénéfice de l’ordre de 790 MDH et à doubler la capacité de financement propre qui a atteint 8,8 MMDH à fin 2016 contre 4,2 MMDH à fin 2013. Des réalisations qui en disent long sur les avantages de ce contrat-programme, pour lequel l’État a alloué 1,8 MMDH à l’office, comme soutien forfaitaire sur le fuel, qui a augmenté les fonds propres de cet établissement de 2 MMDH et a procédé à la liquidation de 2,5 MMDH au titre de la taxe sur la valeur ajoutée, inscrite comme prêt à l’État. Ce n’est pas tout. L’État s’engage à poursuivre son action pour garantir le financement de la réalisation de certains projets d’investissement programmés dans le contrat. De son côté, l’ONEE a pu réaliser un montant d’investissement de l’ordre de 29 MMDH, dont 15,7 MMDH pour le secteur de l’électricité, avec un taux de réalisation de 68% des prévisions du contrat-programme, et 13,1 MMDH pour le secteur de l’eau et de l’assainissement liquide avec un taux de réalisation de 82% des prévisions du contrat et ce, malgré quelques obstacles liés principalement au foncier. 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page