Éco-Business

HPS : le pari de la résilience

Le changement de comportement, impliquant une migration des usages vers le paiement électronique, a permis à HPS d’afficher une bonne dynamique commerciale malgré le contexte particulier lié à la crise sanitaire. Le groupe a cependant dû composer avec l’effet de change qui a sensiblement affecté les revenus de certaines activités.

«Nous avons subi, dans le cadre de notre développement, le ralentissement d’un certain nombre de nos activités. Nous avons, toutefois, pu rester résilients comparativement à d’autres opérateurs du secteur», affirme d’emblée Abdeslam Alaoui Ismaili, CEO du Groupe HPS, qui affirme que la reprise s’annonce déjà au titre de ce nouvel exercice.


«Nous avons ressenti une nette amélioration dans les différentes activités que nous menons dans les différentes parties du monde et ce, dès la fin de 2020», commente-t-il.

Il faut dire que l’année 2020 a été marquée par nombre de changements de la part des consommateurs avec un impact direct sur l’industrie du paiement.

«La grande mutation de l’utilisation du cash reste la bonne nouvelle de l’année. Celui-ci s’est fortement dilué a cause de la Covid-19 en faveur du paiement électronique», explique Ismaili. En effet, le contexte du confinement a réduit l’usage du cash de 13% en volume au profit du paiement sans contact et du renforcement du e-commerce et de l’achat en ligne. «Tout ceci nous place dans une logique de croissance sereine quant à l’avenir de HPS», estime le CEO du groupe qui a pu enregistrer des revenus en hausse à fin 2020.

Les produits d’exploitation se sont établis à 727,6 MDH, en amélioration de 1,2% par rapport à 2019, en lien essentiellement avec la forte croissance de l’activité Processing et celle, stable, de l’activité Solutions. «L’activité Processing a pu compenser le ralentissement des autres activités, notamment celle des Services qui a subi l’impact des mesures d’état d’urgence sanitaire, surtout sur le marché français», souligne Brahim Berrada, Managing Director HPS Corporate Service, qui demeure satisfait des résultats du groupe «réalisés dans un contexte très particulier».

Dans ce sens, le développement et le renforcement des axes stratégiques du groupe lui ont permis d’afficher des revenus récurrents en nette progression (+10,8% à 453 MDH) représentant 63% des revenus consolidés du groupe.

Dans le détail, l’activité Processing est montée en puissance durant l’exercice 2020 (+46,5%) grâce notamment à la performance solide du Paiement avec l’entrée en production de nouvelles filiales SG et l’arrivée de nouveaux clients sur la plateforme Processing. À cela s’ajoute le redressement de l’activité du Switching au Maroc durant le quatrième trimestre. Les revenus de l’activité Services ont quant à eux chuté de 7,9% en raison de l’état d’urgence sanitaire en France. Néanmoins, le maintien des projets en télétravail et les synergies déployées avec les autres activités du groupe ont permis de limiter cette baisse de performance. Bien que la dynamique commerciale de l’activité Solutions s’est accélérée tout au long de l’année avec un renforcement significatif du backlog, les limitations de mobilité des équipes de HPS ont entraîné un retard dans le déploiement des projets. Cela s’est traduit par un léger recul des revenus de l’activité Solutions (-2,1%) par rapport à 2019. À noter que les revenus du groupe ont dû faire face à l’évolution négative du dollar, chose qui a impacté l’effet de change qui s’affiche en retrait de 1,5%. Ceci étant, le groupe a réussi à enregistrer «une marge d’exploitation honorable» à 16,5%. Cette dernière s’établit à un point de moins que celle enregistrée en 2019 malgré l’effort maintenu des investissements R&D.

«Nous avons continué à investir dans un certain nombre de projets. Nous avons tenu à honorer nos engagements vis-à-vis de nos clients, notamment par rapport à notre produit V4 qui doit voir le jour fin 2022», explique Berrada.

Le groupe a également maintenu ses investissements en termes d’infrastructures. De nouveaux data centers ont d’ailleurs vu le jour en 2020 afin d’adresser le marché européen. Le groupe a aussi tenu à mettre en œuvre d’importantes synergies entre les différentes business units de manière à absorber les chocs impactant certaines activités et de pouvoir les déployer sur d’autres.

De ce fait, l’année a été particulièrement satisfaisante grâce à la dynamique commerciale soutenue avec la signature de références mondiales régionales. Malgré ce contexte, le groupe fait état d’une bonne santé financière à travers une gestion optimisée du BFR et la mise en place de mesures de préservation de la trésorerie. HPS a en effet décidé de ne pas distribuer de dividende en 2020 et a effectué plusieurs levées de dettes, «même si nous avions de la trésorerie disponible pour financer certaines de nos acquisitions, mais également pour profiter des aides sur le marché français dont a pu profiter la filiale ACPQUALIFE». Au final, la trésorerie de HPS s’est élevée à 223,6 MDH, en progression de 161,8%. La résilience dont a fait preuve le groupe a permis, selon le management de HPS, d’enregistrer des indicateurs encourageants pour aborder avec confiance 2021 qui devrait s’inscrire sous le signe de la relance économique au niveau mondial. Le groupe compte miser sur sa dynamique de R&D pour poursuivre la réalisation de ses ambitions stratégiques telles que le maintien d’une croissance organique solide de son chiffre d’affaires, l’amélioration continue de sa marge opérationnelle et l’accélération de son développement à travers la croissance externe. 

Aïda Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page