Éco-Business

Gros coup de pouce aux entrepreneurs africains

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La Banque africaine de développement (BAD), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Commission européenne (CE) lancent un nouveau fonds dédié aux entrepreneurs africains. Baptisé «Boost Africa», ce dernier sera doté dans un premier temps d’une enveloppe de 100 millions d’euros et devra, selon les estimations préalables, générer un effet de levier d’un milliard d’euros.


Les entrepreneurs africains ont désormais un fonds dédié. Voilà ce qui pourrait pallier à la problématique du financement que rencontrent les entrepreneurs du continent. Doté d’un milliard d’euros, ce fonds connaîtra la participation de la Banque africaine de développement (BAD), la Banque européenne d’investissement (BEI) et la Commission européenne (CE). Dans le détail, il vise à assurer le financement d’environ 3.000 startups et PME africaines, ceci via la nouvelle initiative «Boost Africa», lancée en début de semaine à Abidjan en Côte d’Ivoire. Pour son démarrage, ce fonds sera, dans un premier temps, doté de 100 millions d’euros et devra, selon les estimations préalables, générer un effet de levier d’un milliard d’euros. Notons que ce mode de financement n’est pas un financement direct mais basé sur l’approche «capital-risque». Dans le détail de la prise de participation, la BEI et la BAD misent 50 millions d’euros chacune déclinés dans divers fonds (25 à 30) qui devraient permettre le financement de jeunes sociétés à différents stades de leur développement. 20 millions d’euros seront dédiés à l’assistance technique et 10 millions d’euros à la partie de diffusion d’informations. Tous ces fonds devraient permettre au système bancaire des différents pays africains de financer les PME et les startups avec une priorité données aux jeunes entrepreneurs.

Critères d’éligibilité
Du côté de la BEI, ce projet devrait avoir un impact direct sur les pays fragilisés par la crise, mais également les pays engagés dans une dynamique de consolidation de leurs croissances économiques. Au départ, il s’agira d’assurer le financement de près de 1.500 PME et startups opérant dans divers secteurs d’activité pour ne citer que l’agriculture, le commerce, la santé, l’éducation ou les nouvelles technologies sont ciblées. Pour en bénéficier, les entreprises devront remplir des critères spécifiques, à savoir assurer la rentabilité des projets via les business plans qui seront exposés. Considéré comme étant un fonds de confiance en la jeunesse africaine, cette nouvelle manne financière a pour objet de redonner confiance à la jeunesse africaine qui désire intégrer le monde de l’entrepreneuriat. À terme, ce fonds devrait doubler la mise en finançant près de 300 entreprises et permettre de surcroît la création de 25.000 emplois directs et 100.000 emplois indirects. Les entrepreneurs qui bénéficieront de «Boost Africa» seront assurés d’une assistance technique et des apports d’information.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page