Éco-Business

Grand théâtre d’Agadir : la stratégie d’exploitation et de gestion confiée à Kanju

Suite à l’activation par la Société de développement régional touristique Souss-Massa de la passation par procédure négociée, la réalisation de la stratégie d’exploitation et de gestion du Grand théâtre d’Agadir à été confiée à la société Kanju pour un montant d’un peu plus de  1 million de DH.  

Déclaré infructueux à maintes reprises, le marché de l’étude afférente à la stratégie d’exploitation et de gestion du Grand théâtre d’Agadir commandité par la Société de développement régional (SDR) touristique Souss-Massa a été officiellement confié à la société Kanju. Seule en lice dans le cadre de l’appel d’offres ouvert n°09/2022, la société française spécialisée dans la culture avait été écartée après l’examen des pièces des dossiers administratif et technique ainsi que du dossier additif de ce soumissionnaire en raison du «manque de récépissé du cautionnement provisoire et de l’attestation de caution personnelle et solidaire».


Suite à ce vice de forme, le marché avait été déclaré infructueux, le jeudi 14 avril, par la commission d’appel d’offres réunie en séance non publique. Aujourd’hui, suite à l’activation de la passation par procédure négociée, la SDR a donc confié la réalisation de cette stratégie à la société Kanju pour un montant de 1,075 MDH.

Pour rappel, la Société Al Omrane Souss-Massa, qui assure la maîtrise d’ouvrage déléguée de ce projet avait déjà adjugé le marché des travaux de construction du Grand théâtre d’Agadir (notamment les gros œuvres, l’étanchéité et la charpente métallique) au groupement constitué d’Urbagec, Polysol et Separator, pour un montant de 62,4 MDH.

La base de l’adjudication du marché
L’ensemble des intervenants attache une importance particulière à ce que la préparation à l’exploitation du Grand théâtre se fasse parallèlement à la construction physique de l’ouvrage, de manière à ce qu’au moment de l’ouverture du théâtre, l’équipe de gestion soit en place et formée. Ce qui permettra, par ailleurs, la programmation en temps voulu de l’agenda artistique de la saison d’ouverture ainsi que la sécurisation des budgets d’exploitation.

C’est en vertu de l’article 23 de son référentiel général des achats que la SDR a adjugé ce marché conformément à l’annexe n°3 ainsi que la liste des prestations pouvant faire l’objet de marchés, contrats de droit commun ou conventions sans appel à la concurrence, allusion faite aux services de conseil et d’assistance financière et aux études revêtant un caractère stratégique.

À noter que c’est la société française Kanju qui a mené les études de gestion et d’exploitation des Grands théâtres de Casablanca et Rabat. L’estimation de l’étude relative à la stratégie d’exploitation et de gestion du Grand théâtre d’Agadir a été fixée à plus d’1 MDH dans le cadre des marchés précédemment lancés. Dans le détail, l’étude nécessitera un délai maximal de huit mois avec une période d’accompagnement, hors délais d’approbation par le Maître d’Ouvrage. Elle s’articulera autour de quatre principales phases.

La première est liée à la définition du positionnement général alors que la deuxième porte sur le montage juridique, institutionnel et financier de l’exploitation du Grand théâtre d’Agadir. Pour la troisième et la quatrième phase, elles portent sur l’élaboration du Business Plan à horizon décennal et celle des plans d’actions de mise en exploitation de cet ouvrage

Consultations : la SDR sollicitée par le Comité de pilotage du PDU
Depuis sa création, il y a plus de trois années, la SDT Souss-Massa s’est activée sur plusieurs volets. Au-delà du fait que la SDR soit maître d’ouvrage dans le cadre du programme de développement urbain d’Agadir, essentiellement à travers la réhabilitation du site historique de la Kasbah d’Agadir Oufella et ses abords, elle est également sollicitée par le Comité de pilotage et de suivi du PDU pour procéder à des consultations en vue de définir des modes de gestion et d’exploitation de certains projets.

Outre le Grand théâtre d’Agadir, il s’agit notamment du réseau de lecture, des terrains de proximité, la salle couverte, la piscine olympique et la Vallée des Oiseaux en plus de deux études sur «l’écosystème des traiteurs et métiers de l’événementiel» et «les restaurants à vocation touristique implantés dans le Secteur touristique et balnéaire (STB) de la ville d’Agadir»».

De surcroît, la SDR assure désormais la mission d’aménageur-développeur au niveau de plusieurs zones. Tout d’abord, la zone d’Anchor Point et celle d’Imsouane en plus de l’aménagement de la corniche de Taghazout. Il s’agit de l’aménagement de la Forêt récréative «Mouanou» sise dans la commune d’Aglou relevant de la Province de Tiznit, de l’aménagement d’un Parc animalier et de loisirs à Drarga et de la corniche d’Aglou dans la province de Tiznit. Par ailleurs, la SDR s’est chargée de la valorisation de plusieurs autres sites touristiques, notamment l’aménagement de la grotte de Wintimdouine et la Vallée du paradis dans le Pays d’accueil touristique d’Ida Outanane (PATI) et des Palmeraies d’Ait Mansour et de Tiout.

Il s’agit enfin de l’aménagement de l’aire de repos à Ighir Ifrane, à Ida Ougnidif, la réhabilitation de son grenier collectif éponyme ainsi que la construction d’un centre d’information touristique et complexe administratif de la plage d’Agadir et de l’installation de kiosques d’information à Agadir, Taroudant et Tafraout.

Yassine Saber / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page