Éco-Business

Formation professionnelle privée : le ministère renforce l’appui technique pour les accréditations

Le département de tutelle envisage de s’appuyer sur une assistance technique externe dans l’organisation des opérations de qualification des filières de formation professionnelle privée. 

Parce que la branche de la formation professionnelle privée est tout aussi importante que celle publique, le ministère de l’Inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences travaille actuellement sur un projet-clé en la matière.

L’objectif étant d’élargir l’offre et d’en rehausser la qualité. Ceci concerne, en effet, l’organisation des opérations de qualification des filières de formation et d’accréditation des établissements de formation professionnelle privée. Le ministère compte, ainsi, s’appuyer sur de l’expertise technique externe dans le processus d’audit des établissements candidats à la qualification des filières professionnelles. Cet audit devrait être mené soit sur la base des dossiers analysés et instruits ou encore sur ceux recommandés par les commissions nationales sectorielles de la formation professionnelle privée.

Ce travail concernera, également, les dossiers de demande d’accréditation. Un large chantier qui couvrira Beni Mellal, Meknès, Laayoune, Khouribga, Fès, Casablanca, Settat, Marrakech, El Jadida, Safi, l’Oriental, Rabat, Salé, Kénitra, Agadir, Tétouan et Tanger. C’est dire l’ampleur de ce projet, sachant que le nombre total des EFPP accrédités s’élevait à 395 établissements au titre de l’année de formation 2020-2021.

Process
D’un point de vue technique, il faut savoir que les opérations d’accréditation figurent parmi les mesures de mise à niveau du secteur de promotion de la qualité de la formation professionnelle, lancée par le ministère. Elles consistent en la soumission par l’établissement concerné d’une ou plusieurs filières de formation dispensées à l’évaluation de conformité aux normes technico-pédagogiques en vigueur.

Ce processus est supervisé par les commissions nationales sectorielles de la formation professionnelle privée, instituées à cet effet. Notons que la durée de validité de la qualification a été fixée à cinq années au maximum. Chaque établissement accrédité se doit de procéder, au cours de la dernière année de validité de son accréditation, au renouvellement de cette dernière. Il s’en suit une étape de contrôle dite «audit de qualification», et lorsque l’accréditation est attribuée, elle consiste à autoriser les établissements retenus à organiser des examens sous la supervision de jurys désignés à pour ce faire, et à délivrer des diplômes reconnus par l’État.

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO
Dossiers d’investissement : réduction de 45% de la paperasse à partir de 2023



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page