Éco-Business

Exportations : La tomate marocaine séduit l’Europe

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Une analyse de l’Euroestacom souligne une hausse soutenue des envois de la tomate marocaine vers le marché européen contre un recul de l’exportation espagnole.


La tomate marocaine continue sa percée dans le marché européen, au grand désarroi de sa rivale espagnole. Selon le service des statistiques européen, Euroestacom, qui livre des données chiffrées sur le commerce extérieur avec des pays tiers, la tomate marocaine s’est imposée sur le marché européen, durant la dernière décennie. D’après ces statistiques, les ventes du produit national ont considérablement augmenté. L’analyse qui a décortiqué les volumes exportés par la filière marocaine, depuis 2006, a relevé que les expéditions marocaines ont enregistré un trend haussier tout au long de cette période.

Ainsi, le Maroc a expédié en 2006, un total de 220.08 millions de kilos de tomates. Ce volume était de 382,87 millions de kilos en 20015. Il s’agit donc d’une hausse de 73,96%, souligne le rapport. Le document qui établit une comparaison entre les expéditions espagnoles et marocaines de tomate vers le marché communautaire, note le recul des envois issus des exploitations espagnoles, durant cette dernière décennie. De la sorte, le voisin ibérique a expédié 930.88 millions de kilos en 2006, contre 784,7 millions en 2015.

Mobilisation espagnole
La percée des expéditions marocaines a permis de réduire l’écart entre les exportations espagnoles et marocaines de ce fruit tant convoité. Si le différentiel s’élevait à 710,8 millions de kilos, en faveur de la tomate espagnole, en 2015, cette différence s’est située à 401.83 millions de kilos. Et la tomate marocaine n’est pas prête à céder le terrain européen à sa concurrente ibérique, bien au contraire. De janvier à mars 2016, les envois de tomates nationales vers le marché européen ont augmenté de 15% en comparaison avec la même période de la campagne dernière.

Au total, 178.051 tonnes de tomates marocaines ont été vendues au consommateur de l’espace européen durant ce premier trimestre. Toutefois, la balance reste toujours en faveur du fruit ibérique. En effet, la moyenne du volume de tomate espagnole, écoulé sur le marché européen, tourne autour de 805.49 millions de kilos. En contrepartie, la moyenne marocaine est de 325.56 millions de kilos. Ces statistiques confirment, encore une fois, que la tomate espagnole s’en sort pas mal sur le marché européen, contrairement à ce que prétend la filière du voisin ibérique.

Toutefois, la filière espagnole a une autre lecture de ces faits. Lors de la dernière réunion du groupe de travail de la commission de prévisions de tomate, regroupant des représentants de la Commission européenne et des experts sectoriels des pays membres, la filière espagnole a revendiqué des aides pour «pallier la lamentable situation» que traverse l’activité. Dans cette réunion, ayant eu lieu la semaine dernière, les représentants du secteur horticole espagnol ont réitéré leur requête de réviser le système d’entrée de la tomate du terroir. Durant son exposé, le président du groupe de travail des coopératives agroalimentaire d’Espagne, Juan Colomina, a qualifié de mauvaise, la campagne agricole de tomate. Le représentant espagnol, à cette réunion d’évaluation de la campagne, a estimé que les pertes enregistrées par les exportateurs espagnols sont dues, entre autres, à la hausse des importations marocaines. Colomina a estimé que l’essor des expéditions nationales a survenu en 2014, date de l’entrée en vigueur de la révision du prix d’entrée par la CE.

Le producteur espagnol était remonté contre ce nouveau mécanisme, lequel a donné des avantages aux exportations marocaines, a-t-il estimé. À cet effet, les producteurs ont réclamé à la CE une étude d’impact pour valoriser les retombées de cette modification. Présente aussi à cette réunion, la Fédération espagnole des associations de producteurs et explorateurs de fruits et légumes (FEPX) a qualifié ce nouveau système d’inefficace, vu qui’il permet aux opérateurs marocains de contourner le paiement des droits de douane des tomates rondes, prétend-on.  

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page