Éco-Business

Emprunt obligataire sans échéance : OCP signe une première !

Un emprunt obligataire subordonné perpétuel, est la forme choisie par OCP pour lever 5 MMDH auprès des investisseurs qualifiés locaux. Un emprunt qui a la particularité de ne pas disposer d’une maturité définie. Les détails…


Une première au Maroc:  OCP lance le premier emprunt obligataire sans date de maturité. En effet, le groupe vient d’obtenir le visa de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) pour un emprunt obligataire subordonné perpétuel, plafonné à 5 MMDH et réservé aux investisseurs qualifiés, sous réserve de l’obtention du visa définitif de l’AMMC. Cette levée sur le marché local, n’est pas la première : OCP avait levé en 2011 la somme de 2 MMDH, une opération souscrits 7 fois. L’actuelle opération, par ailleurs, vise à financer une partie du programme de développement du groupe. En effet, OCP a lancé un programme d’investissement d’envergure portant sur un montant d’environ 200 MMDH sur la période 2008-2025, dans le cadre de son programme de développement visant à asseoir sa position de leader.

Ce programme d’investissement est financé par des fonds propres et de l’endettement. Afin de satisfaire une partie de ces besoins en financement, le géant a décidé de recourir à un emprunt obligataire subordonné national. Ce recours s’inscrit dans une stratégie visant à optimiser l’accès au marché des capitaux et diversifier les sources de financement. Par ailleurs, il y a lieu de souligner que le visa de l’AMMC obtenu ne concerne que la note préliminaire. Plus de détails devront donc être validés.

D’ailleurs, la mouture actuelle de la note évoque que cette émission sous la forme d’obligations subordonnées perpétuelles, comprendra des tranches cotées et non cotées, avec des dates de rachat prédéterminées, et marquées par une augmentation de la prime de risque à chaque date de rachat (step-up). Par date de rachat, il faut entendre date de remboursement partiel dudit emprunt. En effet, la particularité des emprunts perpétuels est qu’ils n’ont pas de date d’échéance, et ne sont donc en théorie remboursables qu’au moment de la liquidation de la société émettrice. Autrement dit, l’investisseur n’a pas la certitude d’être remboursé par l’émetteur de son vivant. Toutefois, l’émetteur peut racheter les titres émis à des dates déterminées. C’est ce que prévoit justement cette émission de OCP   

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page