Éco-Business

Emploi : l’agriculture a bonne mine

Comment s’est comporté le marché du travail au deuxième trimestre ? Dans sa note d’information relative à la situation du marché de travail au deuxième trimestre de 2021, le Haut-commissariat au plan fait le point sur les performances enregistrées entre avril et juin.

En dépit du fait que le taux de chômage ait légèrement augmenté au 2e trimestre de 2021, comparé à la même période de l’année écoulée, certains secteurs ont réussi à recréer de l’emploi. Il s’agit notamment de l’agriculture qui a pu tirer son épingle du jeu. «Le marché du travail a enregistré entre avril et juin une hausse des taux d’activité, une légère augmentation du taux d’emploi mais qui demeure inférieur à son niveau avant la pandémie et une hausse de l’emploi, exclusivement en milieu rural». C’est en substance ce qu’il faudrait retenir de la dernière note d’information du Haut-commissariat au plan (HCP) relative à la situation du marché de travail au deuxième trimestre de 2021. Sur cette période, l’économie nationale a créé 405.000 postes d’emploi, résultant d’une création de 414.000 en milieu rural et d’une perte de 9.000 postes en milieu urbain, contre une perte de 589.000 postes une année auparavant et une création annuelle moyenne de 64.000 postes au cours des trois années pré-pandémiques, selon les données du HCP. Dans le détail, le secteur agriculture, forêt et pêche a créé 318.000 postes, les BTP 108.000, les services 40.000, alors que l’industrie, y compris l’artisanat, en a perdu 53.000. Au total, le Maroc compte 10.892.000 actifs occupés au deuxième trimestre de 2021, selon les estimations. Ces derniers évoluent majoritairement dans le secteur des services (45,2%), alors que 33,1% travaillent dans l’agriculture, forêt et pêche. De son côté, l’industrie, y compris l’artisanat, emploie 11,1% des actifs occupés (dont 44% sont des activités artisanales), alors que le BTP totalise 10,5%. À noter que près de 7 actifs sur 10 (70,7%) en milieu rural exercent dans le secteur de l’agriculture, forêts et pêche. Le nombre moyen d’heures travaillées par semaine et par personne a relativement repris son niveau avant la pandémie pour se situer à 43 heures après avoir chuté à 22 au deuxième trimestre de 2020.


Le chômage persiste à la hausse
Le chômage a persisté à la hausse. Avec une hausse de 128.000 chômeurs, résultant d’une réduction de 100.000 chômeurs en milieu rural et d’une augmentation de 228.000 en milieu urbain. Le volume de chômage a atteint 1.605.000 personnes au niveau national. Le taux de chômage est ainsi passé de 12,3% à 12,8% au niveau national, de 15,6% à 18,2% en milieu urbain et de 7,2% à 4,8% en milieu rural. À y voir de plus près, il est plus élevé parmi les jeunes âgés de 15 à 24 ans (30,8%), les diplômés (20,4%) et les femmes (15,9%). La population active occupée en situation de sous-emploi liée au nombre d’heures travaillées a atteint 470.000 personnes, avec un taux de 4,3%. Celle en situation de sous-emploi liée à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé est de 529.000 personnes (4,9%). En somme, le volume du sous-emploi, dans ses deux composantes, a atteint 999.000 personnes. Le taux global de sous-emploi a ainsi baissé de 13% à 9,2% au niveau national, de 12,2% à 8,9% en milieu urbain et de 14,1% à 9,5% en milieu rural.

Hausse des taux d’activité
Au deuxième trimestre de 2021, la situation du marché du travail a été marquée par la hausse des taux d’activité. La population en âge d’activité (15 ans ou plus) s’est accrue de 1,4%, par rapport au deuxième trimestre de 2020. Avec une hausse de la population active de 4%, le taux d’activité a ainsi augmenté de 44,8% à 46,1% entre les deux périodes. Il a augmenté de 42,2% à 42,6% en milieu urbain et de 49,6% à 52,9% en milieu rural. Avec cette augmentation, le taux d’activité a atteint un niveau similaire à celui enregistré avant la pandémie.

Légère augmentation du taux d’emploi mais inférieur à son niveau avant la pandémie
Le taux d’emploi a connu, de son côté, une hausse de 39,3% à 40,2%, au niveau national. Il a augmenté de 46,0% à 50,4% en milieu rural, et a reculé de 35,6% à 34,9% en milieu urbain, et il a augmenté de 61,8% à 62,2% parmi les hommes et de 17,5% à 18,9% parmi les femmes. Toutefois, le taux d’emploi demeure inférieur au niveau enregistré avant la pandémie (42,1% au deuxième trimestre de 2019).

Hausse de l’emploi, exclusivement en milieu rural
Le volume d’emploi a augmenté de 405.000 postes, résultant d’une création de 414.000 postes en milieu rural et d’une perte de 9.000 en milieu urbain, contre une perte s’élevant à 589.000 au deuxième trimestre de 2020. L’emploi rémunéré a enregistré une création de 215.000 postes au niveau national, résultant d’une création de 218.000 en milieu rural et d’une perte de 3.000 postes en milieu urbain. L’emploi non rémunéré a connu, de son côté, une création de 190.000 postes, conséquence d’une création de 195.000 en zones rurales et d’une perte de 6.000 emplois en zones urbaines.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page