Éco-Business

Économie circulaire. Fès se prépare pour son 7e colloque

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

La réflexion se poursuit concernant l’économie circulaire à Fès. Pour la 7e année consécutive, la capitale culturelle du royaume abritera, à la fin de cette semaine, les travaux du colloque international «Eau, recyclage et valorisation des déchets» (ERVD).

Organisé par le Groupe de réflexion sur le développement durable (GRDD) et l’Université privée de Fès (UPF), l’événement aura lieu les 28 et 29 février.


Cette année, il accueillera des participants de divers horizons (industriel, politique, économique, associatif et universitaire) en provenance de 22 pays, avec une prédominance de chercheurs universitaires dont le grand inventeur marocain basé à Singapour, le professeur Rachid Yazami.

Des invités qui viendront, comme à l’accoutumée, se joindre au comité d’organisation du colloque, 48 heures durant, pour débattre et consolider les acquis des précédentes éditions, notamment en passant au peigne fin les divers partenariats inter-laboratoires mis en œuvre entre les groupes de recherche universitaires et l’industrie. Il s’agira également pour eux d’En échanger leurs expériences et de présenter les dernières avancées scientifiques et technologiques dans ces domaines, ce qui leur permettra de convaincre les industriels présents de s’engager dans le cercle vertueux de l’économie circulaire (Voir encadré).

En effet, il sera question de montrer les voies de promotion des résultats de la recherche scientifique nationale dans les domaines du traitement des eaux, du recyclage et de la valorisation des déchets. Des résultats de recherches souvent menées et financées localement, mais malheureusement exploitées hors des frontières nationales, au grand dam des opérateurs économiques marocains qui, pourtant, en ont bien souvent besoin. Notamment dans le domaine du traitement de l’eau, où le Maroc fait face à un réel stress hydrique, puisque son ratio se situe à 600 litres par habitant par an alors que la moyenne recommandée par la Banque mondiale est de 1.000 litres par habitant par an. Le colloque sera aussi l’occasion, pour les universitaires, d’impliquer plus en amont les industriels notamment en leur présentant leurs domaines de compétences et leurs sujets de recherche. Les décideurs politiques sont également concernés. En effet, les promoteurs du colloque visent aussi à les sensibiliser aux enjeux de ces secteurs stratégiques à propos desquels la législation marocaine est encore très en retard.

 

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page