Éco-Business

Digitalisation des territoires : ce qu’en pensent les patrons

Depuis quelques années, force est de constater que de plus en plus de territoires travaillent sur la digitalisation de leurs organisations et à la mise en place de services publics plus innovants. Pourquoi cette transformation numérique des territoires est-elle importante ? Qu’est-ce qu’elle change ? Quel est le rôle du service public dans cette transformation digitale ? Dans le cadre d’un événement organisé par l’Institut CDG autour de la thématique de «la transformation digitale au service des territoires», des dirigeants décortiquent les enjeux…

La révolution numérique que connaît le monde, depuis quelques années, impacte la société dans toutes ses composantes : État, entreprises, individus… La prise de conscience de l’impact stratégique de la transformation numérique sur les structures s’accélère, et devient aujourd’hui une nécessité pour s’adapter à un contexte en constante évolution.


Pour les collectivités, la transformation digitale constitue une fenêtre d’opportunité pour le développement des territoires, quels qu’en soient le niveau ou la nature. En dépit des progrès réalisés jusqu’à présent, de nombreux défis persistent. Le souci principal étant le citoyen, des enjeux de simplicité, de proximité et de rapidité d’information. Qui dit services publics, dit services de proximité, qualité de services et rapidité de traitement des doléances.

Aujourd’hui, le digital est indéniablement un levier important et un enjeu stratégique de développement des territoires. Les collectivités devraient ainsi tirer profit de la révolution que connaît le monde et à laquelle nous assistons tous les jours pour permettre aux territoires d’être plus compétitifs et plus attractifs.

«Chez CDG développement, nous avons deux enjeux majeurs : d’abord économique, mais aussi inclusif au niveau des territoires. Nous nous devons d’équiper les territoires d’outils et technologies afin de faire éclore tout ce monde du digital», explique Souhail Bencherifa, directeur Knowledge management et transformation digitale chez CDG Développement (groupe CDG), a quant à lui fait un focus sur le service public.

À la clé, l’utilisation des nouvelles technologies permet l’amélioration, entre autres, du climat des affaires, la simplification des procédures, la promotion des investissements, ainsi que l’amélioration des conditions de vie des citoyens à travers le développement de services plus performants, notamment pour la mobilité, l’urbanisation, la gestion des déchets, et moult autres domaines et secteurs.

Pour Nabil El Marzouqi, professeur en sciences et ingénierie informatiques à l’ENSAM Rabat, «l’humanité recherche des territoires connectés, intelligents, innovants, voire créatifs. Aujourd’hui, le numérique est devenu un besoin vital et urgent, dans la mesure où il facilite le télétravail, encourage le commerce électronique et la dématérialisation des services publics».

En ce qui concerne l’urbanisme, la mobilité, le développement économique, le tourisme et la gestion des déchets, qui sont les principaux sujets relatifs au digital pour les territoires, «toutes les compétences ont été, de fait, engagées dans un mouvement irréversible d’innovation, très difficilement contournable et en constante évolution. Il faut donc s’arrimer au digital parce qu’il représente un véritable enjeu stratégique de développement pour le Maroc. D’abord, parce qu’il transforme les économies et sociétés et permet aux territoires d’être de plus en plus compétitifs», soutient Driss Essaouabi, directeur général délégué AUDA (groupe CDG).

L’enjeu étant d’attirer des investissements, des initiatives économiques et bien sûr l’installation de ressources humaines, mais aussi améliorer le climat des affaires en simplifiant les procédures et en améliorant les conditions et les modes de vie des citoyens.

Pour Adil Allach, chef de division de la digitalisation et simplification des procédures du centre régional d’investissement Tanger-Tétouan-Al Hoceima, la digitalisation vient accompagner la simplification des procédures de l’administration publique d’un côté, et améliorer les plans de développement territoriaux. «Avant la nouvelle loi des régions de 2016, la régionalisation au niveau du Maroc était dans un processus non-mature. Il y avait tout un débat sur comment aller de l’aménagement du territoire vers le développement territorial. Avec l’instauration de la nouvelle loi sur la régionalisation, beaucoup de réformes ont été mises en œuvre surtout au niveau du ministère de l’intérieur. L’une de ces réformes est la loi 47-18 (la réforme des CRI) et la création des commissions régionales d’investissement. Tout ce processus est accompagné par une feuille de route digitale, en bonne et due forme pour que la digitalisation soit au cœur de cette transformation ».

L’importance de développer des synergies territoires-startups.
Mutation, transformation digitale, révolution numérique, irréversibilité du processus enclenché, dynamisme et attractivité des territoires. «La transformation digitale des territoires constitue une aubaine pour un des leviers de cette mutation que sont les startups», fait valoir Lamiae Benmakhlouf , directrice générale de Moroccan information Technopark company, dont l’organisation est un acteur important de l’écosystème de l’accompagnement des jeunes pouces au Maroc et la vitrine de ces startups technologiques.

En effet, plusieurs cas pratiques de collaboration territoires-startups, impliquant la recherche au niveau des universités et les industriels existent. Avec l’expertise développée depuis 20 ans au Maroc, les Technopark jouent un rôle important dans la coordination des pratiques et stratégies de digitalisation des territoires. Mettant en valeur les technologies de pointe, les solutions innovantes et disruptives produites par les startups technologiques. Pour aller encore plus loin, la dirigeante insiste sur l’importance de la convergence et le développement de synergies entre les acteurs publics et privés. «Sans ces collaborations nous ne pouvons pas garantir l’efficacité et l’efficience d’une stratégie de transformation digitale des territoires. Nous devons rester concentré sur les citoyens en utilisant les ressources dont on dispose y compris les startups », insiste Lamiae Benmakhlouf. 

Modeste Kouamé / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page