Éco-Business

Déchets non dangereux: Souss-Massa finalise son plan directeur régional

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Les deux premières phases ont été achevées, notamment le diagnostic de la situation actuelle et les scénarios de gestion. L’étude devra mentionner l’élaboration de la proposition finale du plan directeur régional.

Depuis le lancement de l’étude du plan directeur régional de la gestion des déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non dangereux et des déchets ultimes, agricoles et inertes de Souss-Massa, où en est ce plan élaboré par le Conseil régional de Souss-Massa conformément à la loi n°28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination? Il ressort de la présentation réalisée mercredi par le bureau CID, sélectionné pour la réalisation de cette étude lors de la réunion du bureau du Conseil régional, que les première et deuxième missions ont été achevées.


Il s’agit du diagnostic de la situation actuelle ainsi que des scénarios relatifs à la gestion des déchets. L’étude devra mentionner la phase de l’étude liée à l’élaboration de la proposition finale du plan directeur régional. En se référant au diagnostic de la situation actuelle, les quantités produites de déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non dangereux et des déchets ultimes, agricoles et inertes dans la région sont estimées à 6,5 Mt/an.

Les contraintes constatées
Les principales contraintes constatées sur le terrain sont liées à la collecte, au transport et à l’élimination de ces déchets, en plus de l’absence d’unités de traitement et de valorisation. À cela s’ajoute le nombre restreint d’investisseurs dans le recyclage et la valorisation de ces déchets. S’agissant des techniques de traitement proposées, elles consistent à les valoriser selon leur nature, à savoir le compostage pour les déchets verts, la farine animale pour les déchets des abattoirs, la valorisation des matières pour les déchets agricoles en plus de la méthanisation pour les déchets de la culture bananière, du combustible solide de récupération (CSR) issus des déchets d’origine végétale, ainsi que la technique de la pyrolyse.

Ces techniques permettront la valorisation de 315.000 t/an selon les techniques proposées. S’agissant du plan de transport des flux de déchets au départ des centres de transfert, l’étude a proposé la réalisation de cinq sites de valorisation dont quatre centres d’enfouissement et de valorisation des déchets (CEV) avec leurs centres de transfert à Chtouka-Aït Baha, Tiznit, Taroudant et Tata. À cela s’ajoutent le CEV régional prévu dans la commune d’Ameskroud et le projet de décharge des déchets inertes à Agadir. Celle-ci est du ressort territorial de trois communes, à savoir Agadir, Drarga et Aourir.

Validation par la commission consultative
Une fois finalisé, le plan directeur régional de la gestion des déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non dangereux et des déchets ultimes, agricoles et inertes de la Région Souss-Massa devra être adressé aux membres de la commission consultative pour examen et validation, conformément au décret n° 2-09-683 du 6 juillet 2010 fixant les modalités d’élaboration de ce plan.

Par la suite, le projet de plan directeur régional est soumis à l’enquête publique en vertu du dernier alinéa de l’article 11 de la loi n° 28-00. Cette enquête est ouverte par arrêté du wali de la région concernée pour une durée n’excédant pas 30 jours. Elle est suivie d’autres phases conformément au décret mentionné. Par ailleurs, c’est le Conseil régional qui réalise, en vertu de l’article 10 de la loi n° 28-00 relative à la gestion des déchets et à leur élimination, le plan directeur régional de gestion des déchets industriels, médicaux et pharmaceutiques non dangereux et des déchets ultimes, agricoles et inertes.

Ce plan, qui a mobilisé 1,5 MDH et est financé par le département de l’Environnement, mentionne notamment les objectifs à atteindre en matière de taux de collecte et d’élimination de ce type de déchets, mais aussi les sites appropriés pour l’implantation des installations d’élimination et de stockage.

Yassine Saber / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page