Éco-Business

Coût de la vie : les prix des denrées alimentaires continuent de s’envoler

Selon la note d’information du Haut- commissariat au plan relative à l’indice des prix à la consommation du mois de mars 2022, l’IPC a connu, au cours du troisième mois de l’année, une hausse de 1,8% par rapport au mois précédent. L’indice a enregistré un triplement de hausse entre février et janvier derniers, puisqu’il n’a connu qu’une évolution de 0,6% au cours du mois de février par rapport à janvier, premier mois de l’année durant lequel il a stagné comparé à décembre 2021. Cette forte variation est principalement le résultat de la hausse de 3,8% de l’indice des produits alimentaires qui a presque quadruplé entre  février et mars. 

L’inflation s’est fait sentir au niveau du panier de la ménagère durant le mois de mars ! La hausse des prix des denrées de première nécessité, très redoutée par les ménages à faible revenu, a malheureusement commencé à se manifester durant ce troisième mois de l’année.


C’est-à-dire à la veille du mois de Ramadan, qui entame sa dernière semaine, et qui est sans doute très dur pour certaines populations, en raison de la sécheresse persistante depuis le début de l’année et de la rareté des pluies qui ont poussé les autorités à alerter sur la nécessité de préserver les ressources en eau.

En effet, selon la note d’information du Haut commissariat au plan relative à l’indice des prix à la consommation du mois de mars 2022, l’indice des prix à la consommation (IPC) a connu, au cours du troisième mois de l’année, une hausse de 1,8% par rapport au mois précédent.

L’indice des produits alimentaires a presque quadruplé en l’espace d’un mois
C’est-à-dire que l’IPC a enregistré un triplement de hausse entre février et janvier derniers, puisqu’il n’a connu qu’une évolution de 0,6% au cours du mois de février par rapport à janvier, premier mois de l’année durant lequel il a stagné comparé à décembre 2021.

Cette forte variation est le résultat de la hausse de 3,8% de l’indice des produits alimentaires et de 0,5% de l’indice des produits non alimentaires. Autrement dit, l’indice des produits alimentaires a presque quadruplé entre février et mars, puisqu’il n’a connu qu’une évolution de 1,0% lors du second mois de l’année par rapport à janvier, mois durant lequel il a reculé de 0,1% par rapport à décembre 2021.

Cette hausse fulgurante et spontanée des prix des produits alimentaires observée entre février et mars 2022 a été surtout ressentie au niveau des «Légumes», dont les prix ont grimpé de 13,8%, les «Poissons et fruits de mer», de 6,2%, les «Fruits», de 5,2%, les «Viandes» de 3,5%, le «Lait, fromage et œufs» de 2,1%, le «Pain et céréales» de 1,9% et les «Huiles et graisses» de 1,2%. Seuls les prix des «Eaux minérales, boissons rafraichissantes, jus de fruits et de légumes» ont connu une baisse, notamment, de 0,2%.

Les prix des «Carburants» ont également bondi de 8%
La pprogression de l’IPC s’explique aussi par l’augmentation des prix des produits non alimentaires. A ce niveau, la hausse a principalement concerné les prix des «Carburants» qui ont bondi de 8,0%, poussant l’État à subventionner les transporteurs routiers à hauteur d’environ 2 milliards de DH pour leur permettre de continuer leur service. Cela n’a pas empêché une hausse du prix du «Transport» qui a également progressé de 2,1%.

Dans le même élan, les prix des «Articles d’habillement et chaussures» ainsi que ceux des «Meubles, articles de ménage et d’entretien» ont respectivement augmenté de 0,5% et 0,4%. Par région, les hausses de l’IPC ont été enregistrées à Errachidia avec 2,8%, à Béni-Mellal (2,5%), à Settat et Al-Hoceima (2,4%), à Fès, Tétouan et Safi (2,3%), à Meknès, Tanger et Laâyoune (2,1%), à Kénitra et Oujda (1,9%), à Casablanca (1,7%), à Dakhla (1,6%), à Marrakech (1,4%), à Agadir et Rabat (1,2%) et à Guelmim (0,7%).

Comparé au même mois de l’année précédente, l’indice des prix à la consommation a enregistré une croissance de 5,3% au cours du mois de mars 2022, conséquence de la hausse de l’indice des produits alimentaires de 9,1% et de celui des produits non alimentaires de 2,8%.

Pour les produits non alimentaires, les variations vont d’une stagnation pour la «Santé» et la «Communication» à une hausse de 7,6% pour le «Transport». Dans ces conditions, l’indicateur d’inflation sous-jacente, qui exclut les produits à prix volatils et les produits à tarifs publics, aurait connu au cours du mois de mars 2022 une augmentation de 0,5% par rapport au mois de février 2022 et de 3,9% par rapport au mois de mars 2021.

Aziz Diouf / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page