Éco-Business

Cosumar. Un bon cru malgré la conjoncture

Cosumar confirme une fois de plus sa résilience et la robustesse de son business-model. En attestent les performances financières synthétisées au titre du premier semestre de cette année, période à l’issue de laquelle le chiffre d’affaires consolidé du sucrier national de référence a pu s’inscrire en progression de 2,9%, à 4,38 milliards de DH ( MMDH), comparativement à l’exercice précédent.

Une évolution expliquée par l’augmentation du volume des ventes locales, qui « affiche une progression de 5,7%, tout en maintenant le volume des ventes à l’export au même niveau de l’année précédente », commente l’entreprise dans sa communication financière. S’agissant du marché local, les ventes de sucre ont renoué avec la normalité en revenant à leur niveau d’avant pandémie «en augmentation par rapport à 2020», est-il souligné.


A l’avènement de la pandémie, en effet, le marché a été marqué par un «surstockage des produits de première nécessité de la part des ménages et par une baisse des achats au T2 2020, justifiée par le déstockage durant les mois de mai et juin 2020», ajoute la même source.

De manière globale, l’opérateur met l’accent sur sa capacité à assurer l’approvisionnement régulier du marché dans de bonnes conditions en dépit des contraintes imposées par la crise sanitaire.

Sur le registre de l’exploitation, Cosumar rappelle que les campagnes betteravières ont démarré «comme prévu au début du 2e trimestre 2021 dans des conditions difficiles dues aux mauvaises conditions climatiques.

Quant à la campagne cannière, elle s’est poursuivie dans des conditions normales».

Par ailleurs, le groupe a pu relever avec brio un autre challenge financier. Au cours du premier semestre, en effet, l’endettement net de Cosumar s’est contracté de 184 millions de DH (MDH), par rapport à son niveau de fin décembre 2020.

Cette même résilience a également permis d’assurer la continuité des investissements du groupe.

Les investissements comptabilisés au cours du 1er semestre 2021 s’élèvent ainsi à 189 MDH.

Ils concernent principalement la mise en place de nouvelles capacités de stockage de sucre brut ainsi que la poursuite des mises à niveau et maintenance de l’outil industriel.

Au registre des perspectives, la première des priorités listée par le management du groupe concerne la situation sanitaire nationale, laquelle «nécessitera une hausse de la vigilance et un renforcement des mesures de prévention dans tous les sites du Groupe Cosumar, ainsi qu’une accélération de la campagne de vaccination de nos collaborateurs», souligne l’entreprise.

S’agissant de l’activité du marché local, au cours du second semestre de cette année, l’horizon s’annonce prospère sous l’effet de l’allègement des mesures restrictives et l’ouverture des frontières au cours du 2e trimestre.

A l’international, le Groupe assure qu’en dépit des restrictions sanitaires en Arabie Saoudite, la raffinerie de Durrah a démarré son exploitation et sa commercialisation au début du troisième trimestre 2021 et devrait monter en charge sur les prochains mois.

Sami Nemli / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page