Éco-Business

Le Carlac, un pont entre la région MENA et l’Amérique latine

Mohammed Dekkak, vice-président et co-fondateur du CARLAC (à gauche) en compagnie de Hasan Abdel Rahman, président du CARLAC. (© K.Mdouari/LesEco.ma)

Les différentes expériences dans les énergies renouvelables des pays du MENA de l’Amérique latine et des Caraïbes ont été au cœur d’une conférence organisée par le Conseil pour les relations entre le monde arabe, l’Amérique latine et les Caraïbes (Carlac), ce jeudi, en marge de la COP22.

Cette rencontre, initiée en collaboration avec l’OCP Policy Center, a été l’occasion pour des experts de l’Université du Maryland (Etats-Unis), de la Fondation Getulio Vargas (Brésil) et du ministère de l’Environnement du Qatar de présenter les réalisations dans la région MENA et en Amérique latine.


«Dans la région MENA, il y a de grandes réalisations dans ce sens, comme l’expérience marocaine avec la centrale NOOR. En Amérique Latine, 25% de l’énergie produite est d’origine renouvelable, avec des prévisions de 40% entre 2020 et 2025. Nous pouvons nous inspirer des technologies que l’Amérique latine utilise, de même que des systèmes de financement de l’expérience marocaine, mais aussi de Dubaï et d’Abu Dhabi», a résumé Mohamed Dekkak, vice-président et cofondateur du Carlac. Et d’insister sur le financement, une question cruciale pour le développement des énergies renouvelables.

Pour sa part, le PDG de Carlac, Hasan Abdel Rahman, il a fait savoir que ce conseil, qui a son siège à Rabat, a été créé il y a deux ans pour «développer les relations économiques et culturelles entre la région MENA, l’Amérique latine et les Caraïbes».

Mohammed Dekkak d’ajouter : «ces deux régions n’ont pas été en contact depuis quelques années et pourtant nous avons une histoire commune liée notamment à la langue espagnole».

Outre cette conférence à l’occasion de la COP22, le Carlac va organiser prochainement une conférence sur la sécurité alimentaire, une question qui touche à la fois la région MENA et l’Amérique latine. Cette rencontre rassemblera tous les acteurs concernés, des fonds d’investissement aux petits agriculteurs, dixit Mohamed Dekkak.

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page