Éco-Business

Commerce extérieur : Les IDE en chute libre

Le mois d’août s’est avéré difficile pour la balance commerciale. La hausse des importations n’a pas pu être compensée par les performances à l’export qui connaissent une décélération. En parallèle, les flux d’IDE connaissent une régression vertigineuse de l’ordre de 36,6%.

Le déficit commercial poursuit sa remontée. Après une année 2015 placée sous le signe de l’accalmie, la tempête semble de retour pour la balance commerciale marocaine. Au terme du mois d’août 2016, le déficit commercial a atteint 120,3 MMDH contre 106,5 MMDH un an auparavant, avec un taux de couverture de 55% contre 57,6%. Les prédictions annoncent un retour à un déficit de l’ordre de 190 MMDH pour la fin de l’année. Les exportations n’arrivent toujours pas à compenser la hausse vertigineuse des importations. Malgré la baisse des approvisionnements en produits énergétiques (du moins en valeur), avec un recul de l’ordre de 11,6 MMDH, les importations ont connu un bond de 6,5% (267 MMDH contre 251,4 MMDH).

Cette situation s’explique principalement par la hausse des achats de biens d’équipement (+14 MMDH), de produits finis de consommation (+7,4 MMDH) et de demi-produits (+4,5 MMDH). Hors produits énergétiques, la hausse des importations est encore plus impressionnante puisqu’elle se chiffre à près de 28 MMDH, soit un accroissement de 13,6%. Face à cette déferlante, les performances à l’export s’avèrent insuffisantes pour couvrir les dépenses, surtout avec la baisse continue des ventes de phosphates et dérivés constatée depuis plusieurs mois. Ceux-ci continuent de régresser, atteignant -12,5% ou -3,8 MMDH à fin août 2016. Malgré cette débâcle, les exportations de biens s’inscrivent en légère hausse de 1,7%, avec 147,3 MMDH au lieu de 144,9 MMDH à fin août 2015. La progression à l’export du secteur automobile demeure manifestement insuffisante pour équilibrer la balance commerciale. Le secteur n’a réalisé qu’une progressions de l’ordre de 4,6 MMDH. Les autres «Métiers mondiaux du Maroc» ne sont pas mieux lotis. Que ce soit l’«agriculture et agroalimentaire» (+2 MMDH) ou encore le textile et cuir (+1,1 MMDH), aucun secteur ne semble suffisamment performer pour sauver la mise.

Dans ce contexte, les derniers chiffres de l’Office des changes apportent une autre mauvaise nouvelle, à savoir la chute drastique des flux d’IDE. Une baisse de 36,6% soit 7,9 MMDH a été constaté durant ce mois d’août. Les flux d’IDE se sont affichés à 13,6 MMDH contre 21,5 MMDH à fin août 2015. Cette situation est attribuable, selon l’Office des changes, au recul des recettes (-19,5% ou -5,2 MMDH) conjuguée à la hausse des dépenses (+50,6% ou +2,7 MMDH). Enfin, les recettes MRE ont connu une importante progression. Une hausse de 4,8% équivalant à 1,9 MMDH a été enregistrée.

Les recettes MRE ont atteint 42,7 MMDH contre 40,7 MMDH un an auparavant. Les recettes touristiques enregistrent également une hausse de 4,5% soit 1,9 MMDH. Ils se sont affichés à 43,9 MMDH contre 42,1 MMDH une année auparavant. La balance «voyages» fait ressortir donc un excédent de 34,2 MMDH contre 33 MMDH un an auparavant, en hausse de 3,7% soit 1,2 MMDH. Cette évolution est imputable à la progression des recettes atténuée, toutefois, par la hausse des dépenses de 7,3% ou 0,7 MMDH. 

Maroc : polémique au sein des agences de voyage


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page