Éco-Business

Casablanca : les défis de l’investissement restent nombreux

Les Régionales de l’investissement, roadshow organisé à l’initiative du Groupe Banque populaire, ont pris fin mardi. Ce cycle de rencontres régionales dédiées à l’investissement a été bouclé à Casablanca, après avoir sillonné neuf pôles économiques.

Après une tournée régionale dans plusieurs villes du royaume, la caravane des «Régionales de l’investissement», organisées par la Banque Populaire, a achevé son périple à Casablanca, mardi dernier. L’ensemble des parties prenantes de l’écosystème économique de Casablanca-Settat, a ainsi eu l’occasion de discuter des opportunités d’investissement dans cette région, les facteurs de compétitivité qu’elle présente, mais également les défis qui restent à relever.


Le foncier, principal défi
Le grand challenge mis en avant dans le cadre de l’étape casablancaise des Régionales de l’investissement est celui du foncier. En effet, ce point noir demeure le principal frein au développement de l’investissement dans la région. «En 2020, la majorité des projets qui n’ont pas été validés au niveau du CRI rencontrent des problèmes relatifs au foncier», a affirmé Salmane Belayachi, directeur général du Centre régional d’investissement (CRI) Casablanca-Settat.

Dans le détail, le CRI a instruit, durant l’année écoulée, plus de 300 dossiers et donné son accord à la moitié des dossiers présentés, ce qui équivaut à 45 MMDH d’investissement, avec un objectif de création de 20.000 emplois. S’exprimant également sur la problématique du foncier, Mustapha Bakkoury, président du Conseil régional de Casablanca-Settat a clairement assuré qu’ «il faut passer à des arbitrages, voire créer des zones de proximité». Au-delà de la problématique du foncier, Bakkoury a également évoqué la question de la mobilité. Pour lui, cette problématique est présente au niveau intercommunal et sur les plans du désenclavement rural-urbain et de la mobilité urbaine. «Le niveau de mobilité de Casablana est très faible par rapport à des villes de taille similaire à l’échelle mondiale. Il est donc important d’accélérer la cadence des investissements en infrastructures. Il faut aller vers le tramway, le métro et le bus à haute qualité de service», indique-t-il dans ce sens.

D’autres obstacles persistent
Présent également lors des Régionales de l’investissement de Casablanca, Chakib Alj, président de la CGEM, n’a pas manqué de présenter sa vision. «Casablanca est victime de son succès. Les infrastructures y avancent tout comme les besoins. Nous avons besoin d’une planification à long terme», affirme Chakib Alj, en présentant l’exemple de la nécessité de la mise en place de zones industrielles fortes pour concrétiser cette planification. Selon le patron des patrons, «il faut dupliquer l’expérience de Tanger, dans toutes les régions qui doivent être fortes en dépit de leurs spécificités. Chaque région doit défendre ses intérêts». Par ailleurs, le président de la CGEM a aussi insisté sur l’obligation de résorber l’informel, véritable fléau de la région. La solution pour lui est de mettre en place des incitations fiscales et des terrains où s’installer. Il faudra noter que la Région Casablanca-Settat présente des atouts indéniables pour le développement économique du royaume. À elle seule, elle concentre 32% des richesses produites dans le pays et abrite 20% du total de la population, contribuant à hauteur de 358,4 MMDH au PIB national.

Signatures de conventions
En marge de la présentation des atouts et des défis de la Région Casablanca-Settat, ainsi que les opportunités d’investissement qui se présentent au niveau de la région, le groupe Banque populaire a procédé à la signature de deux conventions. La première, signée entre Mohamed Boulghmair, directeur général adjoint du réseau BCP et Salmane Belayach, directeur général du CRI de la Région Casablanca-Settat, porte sur la promotion de l’investissement. La seconde convention, paraphée par Jalil Sebti, directeur général de la banque commerciale et Abdelmounaim El Eulj, président de la Fenagri, vise l’accompagnement des opérateurs du secteur de l’agroalimentaire.

300 deals conclus lors du roadshow

Les Régionales de l’investissement ont fait escale à Fès, Rabat, Agadir, Laâyoune, Dakhla, Tanger, Marrakech, Oujda et Nador. Ces rencontres ont permis aux opérateurs et aux institutionnels d’échanger et de débattre sur les questions liées à l’économie, l’investissement et l’entreprise. Des workshops dédiés à la clientèle Entreprise étaient aussi au programme. «300 deals ont été signés avec des intentions d’investissements qui s’élèvent à 10 MMDH», a affirmé Jalil Sebti, directeur général de la banque commerciale BCP. Le bilan final sera présenté ultérieurement.

Sanae Raqui / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page