Éco-Business

Camaïeu au Maroc : compte à rebours avant le départ définitif

Petite nouvelle de consolation pour les adeptes de l’enseigne Camaïeu. Les 4 magasins du Maroc ne fermeront pas leurs portes dans l’immédiat. Il faudra attendre la fin de l’année avant qu’elle ne soit remplacée par une marque concurrente.

Les jours de la franchise française Camaïeu au Maroc sont comptés. Placée sous liquidation judiciaire, la décision, qui est tombée comme un couperet le 28 septembre dernier lors d’une audience d’étape, a anéanti les espoirs d’adopter un plan de continuité que le top management avait présenté ce jour-là au tribunal de commerce de Lille Métropole. Il faut dire que la chaîne de prêt-à-porter féminin était placée en redressement judiciaire depuis le 1er août dernier.

Compte à rebours
Or, il semble qu’il ne s’agit pas de la première fois que la marque soit placée en redressement. Déjà en 2020, la situation financière du groupe n’était guère florissante. C’est à partir de ce moment que le groupe Ma Franchise, qui représente la marque au Maroc, a commencé à prendre ses précautions. La situation actuelle n’a donc pas été une grande surprise pour le gérant de Ma Franchise, Cédric Moyal, qui estime que la notoriété d’une marque ne reflète en rien un signe de bonne santé. «Il y a des marques qui jouissent d’une bonne notoriété, mais malheureusement la mauvaise gestion conduit à de telles situations.

D’autre part, il y a des marques qui ne sont pas très connues, mais elles perdurent et évoluent dans de bonnes conditions parce que le management fait preuve d’une bonne organisation. J’ajouterais que pour le cas de Camaïeu, les signes d’une dégringolade ont commencé à se faire sentir il y a pratiquement deux ans car les problèmes d’approvisionnement étaient récurrents. Et comme on ne s’attache pas à une marque, il fallait penser à une alternative», relate-t-il.

En effet, Camaïeu représente 4,08% du CA du groupe Ma Franchise. L’enjeu n’étant pas de taille, le top management a rapidement changé son fusil d’épaule et a signé avec une autre marque que le gérant n’a pas souhaité dévoiler. Tout ce qu’il a bien voulu souffler, c’est qu’il s’agit d’une marque française concurrente à Camaïeu en termes d’accessibilité. Moyal confie également que pour l’instant, les quatre magasins dont dispose le groupe ne seront pas fermés. «Camaïeu poursuivra ses ventes jusqu’à la fin de l’année, le temps de liquider les stocks. Par la suite, ils seront aménagés pour le changement d’enseigne. De plus, nous ne sommes pas tenus par une obligation de fermeture», révèle-t-il. A l’heure où nous mettions sous presse, le top management de Ma Franchise n’avait toujours pas été contacté par les liquidateurs.

Déjà remplacée
Ainsi, la nouvelle enseigne dont le lancement est prévu en début d’année, maintiendra les mêmes locaux, mais également le même staff. Les quatre magasins comptent un effectif d’une vingtaine de personnes. Concernant le stock des magasins marocains, il se peut qu’il soit renforcé car la marque a fermé les 514 magasins qu’elle détient en France, le 1er octobre. Et pour liquider les stocks, la direction a procédé à une grande vente définitive en accordant des remises de 50%. Les bénéfices seront destinés aux salariés de l’entreprise dans le cadre du plan de sauvegarde de l’emploi, apprend-on par un post partagé sur les réseaux sociaux.

Il faut rappeler que l’enseigne compte à son actif 2.724 salariés. C’est pour pouvoir préserver ces emplois que la direction voulait chercher une voie de sortie en présentant un projet de plan de continuité dans lequel elle envisageait de se séparer de quelques 208 magasins sur les 509. Toutefois, déjà en difficulté financière, le mauvais sort s’est acharné sur l’enseigne qui a été victime d’une cyberattaque en juin 2021. Une atteinte qui a mis davantage la marque en mauvaise posture car l’activité a été paralysée pendant quatre mois, engendrant une perte de 40 millions d’euros. Les difficultés se sont ainsi accentuées, notamment après un arrêt de la cour de cassation daté du 30 juin dernier.

En revanche, les professionnels reprochent au nouveau top management de ne pas mettre la main à la poche pour redresser la pente. Ce n’est que lorsque la situation s’est corsée que la direction de Hermione People &Brands, dernier détenteur de la marque, a envisagé de refinancer pour rétablir la situation, mais il était déjà trop tard. Quid des autres marques commercialisées par Ma Franchise?

Moyal assure qu’il n’y a aucun lieu de s’inquiéter, ajoutant que la recette du succès réside dans une gestion saine et une bonne cadence de renouvellement des collections mises en vente. Ces deux critères essentiels contribuent à l’appréciation d’une marque. «En dépit d’une conjoncture particulière qui fait grimper les prix des matières premières, le niveau de la demande est maintenu», affirme Cédric Moyal. À noter que les prix de l’habillement ont enregistré une hausse de 10%.

Maryem Ouazzani / Les Inspirations éco

Immobilier : pourquoi les prix sont en hausse continue ?



Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Bouton retour en haut de la page