Éco-Business

Bourse de Casablanca : les OPCVM trustent les échanges au T1

Le rapport de l’Autorité marocaine du marché des capitaux sur le profil des investisseurs, au terme du premier trimestre 2021, fait ressortit que les OPCVM ont réalisé pas moins de 41% du volume du marché central sur les actions. Ils s’inscrivent ainsi en progression de 15 points par rapport au trimestre précédent, mais en baisse de 3 points en glissement annuel.

Les indicateurs de la Bourse de Casablanca se sont globalement inscrits en hausse, au terme du premier trimestre 2021, selon le dernier bulletin de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC). Les trois indices ont en effet évolué sur une trajectoire positive au cours du mois de mars 2021, après une évolution contrastée au cours des deux premiers mois de l’année. Ce qui a eu son effet sur le volume des échanges sur les marchés central et de blocs ayant atteint, au terme du premier trimestre 2021, un encours avoisinant les 9 MMDH, contre 13,87 MMDH au T1-2020. Par marchés, les échanges sur le compartiment central ont engrangé un total de 6 MMDH, soit 67% du volume global, tandis que les transactions de gré à gré ont représenté 33% du volume global pour un montant de 2,93 MMDH. À son niveau, le marché obligataire a enregistré, durant ce trimestre, un volume transactionnel de 63,8 MDH, réparti entre marché central et marché de blocs.


Par catégories d’investisseurs, les OPCVM ont réalisé ce premier trimestre 41% du volume du marché central sur les actions, en progression de 15 points par rapport au trimestre précédent et en baisse de 3 points en glissement annuel. Les personnes morales marocaines concentrent 23% du volume tandis que les personnes physiques marocaines et les personnes morales étrangères représentent des parts respectives de 19% et 15% du total. Dans le détail, les personnes morales étrangères et marocaines se sont essentiellement positionnées à la vente sur le marché actions. Les personnes physiques marocaines, quant à elles sont positionnées à l’achat durant ce premier trimestre 2021, et ce, contrairement à la même période de l’année précédente. Quant aux personnes physiques marocaines, elles ont migré de la position vendeuse de l’année précédente à acheteuse au premier trimestre 2021. De leur côté, les personnes physiques étrangères se sont retrouvées sur une position d’équilibre au terme du premier trimestre alors qu’elles étaient plus sur une position vendeuse à fin mars 2020.

Aida Lo / Les Inspirations Éco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page