Éco-Business

Bank Al-Maghrib : pas de révision du taux directeur en perspective !

Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Tout porte à croire que le Conseil de Bank Al-Maghrib n’interviendra pas sur le principal instrument de la politique monétaire.

Bank Al-Maghrib (BAM) ne devrait pas toucher au taux directeur, lors de la prochaine réunion de son Conseil, prévue le 28 septembre prochain. Selon un flash de BMCE Capital global research (BKGR), on se dirigerait vers le maintien du cap monétaire en l’état. Et pour cause : «l’économie nationale a profité de la politique monétaire accommodante conduite par BAM depuis le déclenchement de la crise sanitaire liée à la Covid-19», souligne le département de recherche.


Le soutien s’est manifesté, notamment, par la double baisse du taux directeur en 2020, qui a été ramené à 1,50% au lieu de 2,25% avant le début de la pandémie. S’en est suivi le maintien de l’équilibre du marché monétaire, à travers la satisfaction de 100% de la demande hebdomadaire des banques et le renforcement du dispositif monétaire à long terme, dont l’encours avoisine près de 58% en moyenne. Des mesures qui ont, d’après les analystes, bien été transmises à la sphère réelle de l’économie, et ce à travers l’amélioration des conditions de financement des principaux agents économiques.

Cela a été palpable vu l’évolution du taux débiteur moyen (des entreprises et des ménages). Celui-ci s’est replié à partir du deuxième trimestre de 2020, période pendant laquelle le taux directeur a été abaissé, de nouveau, pour se stabiliser à son niveau actuel de 1,5%. L’encours global du crédit bancaire s’en est trouvé amélioré (à 986,3 MMDH, soit +3,7% en glissement annuel) et le coût d’endettement des agents privés, réduit.

Parallèlement, les analystes relèvent une amélioration des conditions de financement du Trésor. L’argentier du royaume a également vu ses conditions de financement s’améliorer. «Les taux primaires ont enregistré, depuis la première baisse du taux directeur en mars 2020, des contractions allant de -26 pbs à -83 pbs.

Les deux maturités, les plus utilisées par le Trésor en cette année (52 semaines et 2 ans,) disposant, encore d’une marge de -82 pbs et de -77 pbs, respectivement », notent-ils. Pour ce qui est de l’inflation, pas d’accélération des hausses de prix en perspective. L’objectif de Bank Al-Maghrib est d’atteindre une hausse des prix proche de +2%. «Même en cas de montée de pressions inflationnistes au niveau national, les marges actuelles ne devraient, a priori, pas être totalement consommées», estime BKGR.

Modeste Kouamé / Les Inspirations ÉCO

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page