Éco-Business

Automobile : les ventes du neuf continuent à marquer le pas

Depuis le début de l’année nous assistons à une baisse des ventes de voitures neuves. Cette tendance, observée en janvier et février, s’est poursuivie en mars. Les statistiques de l’Association des importateurs de véhicules au Maroc (Aivam), publiées lundi 4 avril, sont éloquents dans ce sens. En effet, on constate que les nouvelles immatriculations ont reculé de 7,5%  en mars.

Le marché de l’automobile boucle le premier trimestre en baisse. Alors que tous les professionnels du secteur tablaient sur une reprise des ventes fin 2022. S’il est encore trop tôt pour tirer les conclusions, les premiers mois permettent tout de même de tâter le pouls pour le reste de l’année. Une année au cours de laquelle l’Aivam table sur une croissance du marché comprise entre 5 et 15% en fonction de la disponibilité des stocks, en raison notamment de la crise des semi- conducteurs qui continue de sévir dans le monde.


Le risque de ne pas atteindre l’objectif n’est pas à écarter tant les baisses des ventes de voitures neuves sont conséquentes. Selon l’Aivam, les immatriculations des véhicules neufs ont reculé de 7,5% en mars par rapport au même mois de 2021. Ce repli s’ajoute à celui de janvier et de février (-4,35%) pour porter à trois le nombre de mois consécutifs de baisse.

Au total, à peine 15.463 unités ont été écoulées. En cause, l’exacerbation de la pénurie des semi-conducteurs en particulier sur des composants spécifiques. Ce qui impacte fortement la production avec des usines qui ne tournent pas à leur fort potentiel. Les constructeurs sont même amenés aujourd’hui à faire des arbitrages sur un modèle au détriment d’un autre. Or les tensions sur les intrants fait craindre une révision à la hausse des prix des voitures, de quoi échauder la demande qui reste pour le moment bien présente.

Selon un patron de marque qui requiert l’anonymat, le problème au Maroc ne vient pas de la demande mais de l’offre, et ce, en dépit des augmentations appliquées sur les prix des véhicules au Maroc suite à la flambée des matières premières au niveau mondial. Selon nos informations, la quasi-totalité des importateurs distributeurs à procédé à l’augmentation des tarifs en fonction de l’impact subit par son constructeur. Cela a certainement impacté les chiffres mais pas autant que la disponibilité des produits.

Palmarès
Au palmarès marques, le groupe Renault avec ses deux labels (Dacia et Renault) continue de truster la tête du classement. Ainsi, Dacia réalise une performance commerciale remarquable avec 3.872 unités écoulées limitant sa baisse à 9,28% en mars. Le numéro 1 du marché s’accapare une part de marché de 27,85%. La marque parvient à placer quasiment tous ses modèles de véhicules pour particulier (Logan, Sandero et Duster) dans le top 10 des voitures les plus vendues.

Bien loin derrière Renault qui est second. La marque s’adjuge une part de marché en mars de 15,8% avec ses 2.196 ventes en progression de près de 10% par rapport à 2021. A fin mars, la marque place 2 modèles parmi les véhicules les plus vendus sur le marché marocain, toutes catégories confondues, à savoir Express et Clio. Il faut dire que les deux marques du groupe jouissent d’une gamme de modèles entièrement renouvelée. Hyundai reprend du poil de la bête après une période difficile.

Elle s’adjuge la 3e place avec 1.413 unités écoulées (+ 31,81%) et 10,16% de part de marché. Peugeot est 4e. La marque au lion réalise 956 ventes pour une part de marché 6,88%. Opel, qui clôt le top 5, est la surprise du chef depuis l’an dernier. La marque au Blitz poursuit sa lancée de fin d’année réalisant une progression de 17,45% avec 727 unités écoulées.

Sanae Raqui / Les Inspirations ÉCO


Abonnez vous pour lire tout le contenu de votre quotidien Les Inspirations Eco

Rejoignez LesEco.ma et recevez nos newsletters


Articles similaires

Bouton retour en haut de la page